/regional/montreal/montreal

Le Plateau-Mont-Royal s’attaque à Airbnb

Sarah Daoust-Braun | Agence QMI

Le Plateau-Mont-Royal s’attaquera entre autres à Airbnb et confinera les résidences de tourisme à deux portions de la rue Saint-Denis et du boulevard Saint-Laurent à partir de janvier.

« Les nuisances dans les quartiers centraux ont été exponentielles dans les dernières années », a expliqué le conseiller de ville dans le district du Mile End Richard Ryan, qui est président de la Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation.

Les appartements touristiques de courte durée seront donc autorisés sur le boulevard Saint-Laurent, entre la rue Sherbrooke et l’avenue du Mont-Royal, et sur la rue Saint-Denis, entre la rue Sherbrooke et la rue Gilford, deux secteurs commerciaux d’une longueur respective de 1,5 km et de 1,7 km.

Les personnes qui souhaitent faire de l’hébergement touristique devront donc obtenir une attestation de la Corporation de l’industrie touristique du Québec et un certificat d’occupation de l’arrondissement. Ceux qui ont déjà obtenu une certification sur d’autres artères commerciales du Plateau pourront continuer à exploiter leur résidence, en vertu d’un droit acquis.

Un règlement en ce sens doit être adopté lundi au conseil d’arrondissement. Un moratoire sur l’aménagement de nouvelles résidences de tourisme est imposé depuis la fin du mois de mai et aura cours jusqu’à l’entrée en vigueur du règlement en janvier.

Avec ce nouveau règlement, Richard Ryan espère que la transformation de logements en résidences touristique sera réduite, tout comme les locataires évincés. L’arrondissement souhaite protéger son parc de logements et la qualité de vie sur son territoire.

M. Ryan fonde aussi beaucoup d’espoir sur les nouveaux pouvoirs obtenus par Revenu Québec, chargé de faire des inspections et d’appliquer la loi sur les établissements d’hébergement touristiques, pour diminuer les locateurs illégaux.

« Je pense qu’avec une action serrée de Revenu Québec, beaucoup de gens vont se dire ‘‘je vais arrêter de faire cela, sinon je vais me faire prendre’’ », a soutenu l’élu.

Grands immeubles

L’arrondissement a aussi l’intention d’interdire les « conversions à des fins résidentielles » les immeubles de plus de six étages du boulevard Saint-Laurent afin de préserver les pôles d’emplois qui peuvent y être attachés.

« On ne voudrait pas que ces bâtiments se perdent pour faire des lofts en résidences de tourisme [...], alors qu’on sait que dans les grands espaces de bureau, ça amène du développement économique », a indiqué Richard Ryan.

L’arrondissement de Ville-Marie a aussi adopté en juin une règlementation pour limiter les résidences de tourisme seulement sur un tronçon de la rue Sainte-Catherine.

Dans la même catégorie