/sports/homepage

Adonis Stevenson dans le coma

«Interdis la boxe et "check" ce qui va se passer» - Réjean Tremblay

TVA Nouvelles

L'état de santé du boxeur Adonis Stevenson qui se trouve dans un coma après son combat de samedi soulève de nombreuses questions. Le chroniqueur sportif Réjean Tremblay s'interroge sur l'avenir de ce sport au Québec.

• À lire aussi: «Y'a toujours ben une limite à souhaiter qu'un homme demeure légume» - Jean-Charles Lajoie

• À lire aussi: Le monde de la boxe en état de choc

• À lire aussi: L’état d’Adonis Stevenson se stabilise

«Les égouts de l'humanité» 

«Adonis Stevenson, je le connais depuis une dizaine d'années, je l'ai connu dans de beaux moments et dans des moments plus difficiles, il n'y a personne qui est content de voir ça», a-t-il déclaré en entrevue avec Mario Dumont.

Le journaliste sportif a été dégoûté par les commentaires sur les réseaux sociaux qui sont «les égouts de l'humanité» selon lui. Il croit que les internautes vont trop loin lorsqu'ils se réjouissent de son état.

«Il a une mère, qui a essayé de monter rapidement sur le coin du ring. Il a une amoureuse [...] il avait le feeling que c'était la femme de sa vie. Il a cinq enfants, dont trois qui sont à l'école, qui savent lire», dit-il.

On fait quoi avec la boxe?

Alors que de nombreux critiques affirment que la boxe n'a pour but que de faire faire une commotion à son adversaire, le chroniqueur sportif est catégorique. «Le but c'est de gagner un combat», lâche-t-il. 

«C'est facile à dire, mais c'est pas ça. Tu peux gagner ou défendre ton championnat par décision», dit-il en exemplifiant avec les cas de Marie-Ève Dicaire et Lucian Bute. 

Qu'arriverait-il si on interdisait les sports de combat? «Interdis la boxe et check ce qui va se passer dans des trous, dans des entrepôts, des gens vont payer 500$, faire des gageures, l'alcool va couler à flots», assure M. Tremblay.

Le Québec n'a pas connu de décès dans le monde de la boxe depuis 38 ans. Après la mort du boxeur guyanais Cleveland Denny, le gouvernement a procédé à la commission Néron.

Un coup de trop?

M. Tremblay est revenu sur les instants qui ont suivi le combat. «Adonis est descendu sur ses jambes, soutenu par quelqu'un qu'il l'aidait, il a descendu les escaliers», se remémore-t-il.

Après le combat, le chroniqueur a parlé avec le promoteur Yvon Michel qui venait d'aller dans le vestiaire voir son boxeur. Il lui a dit de quoi Adonis et lui ont parlé.

«Il m'a dit "Adonis, il va bien. Il m'a même demandé de lui montrer les fiches des arbitres, il n’avait peut-être pas été assez agressif"», explique-t-il. 

Le fait que le boxeur ait quitté le Centre Vidéotron en ambulance n'a pas inquiété le chroniqueur outre mesure. «Ce n’est pas la première fois que je vois ça», insiste-t-il.

Il a également discuté avec l'arbitre, un des meilleurs dans l'industrie selon lui. «C'est lui qui m'a dit "Il s'est peut-être donné un coup de trop à la fin".»

Dans la même catégorie