/regional/saguenay

Combat de samedi soir

Le drame de Stevenson fait réfléchir les jeunes boxeurs

Jean Houle | TVA Nouvelles

Un jeune boxeur de 13 ans du programme Sports-Arts-Études de Chicoutimi a vu de près le K.O. subi par Adonis Stevenson samedi soir à Québec. 

Tristan Fortier prenait place sur le plancher du Centre Vidéotron en compagnie de son père quand Stevenson a perdu sa ceinture. 

«On avait peur pour lui, se remémore le jeune boxeur cadet. C'est sûr qu'on pense à lui.» 

• À lire aussi: L'état de santé d'Adonis Stevenson toujours stable 

L'adolescent était de retour en gymnase cet après-midi, dans le cadre de son programme scolaire. Il a livré plusieurs combats déjà, avec une fiche de 13 victoires et 4 défaites.  

«Il y a eu un seul K.O. dans tous mes combats et c'est moi qui avais gagné par arrêt de l'arbitre», précise-t-il. 

«C'est sûr qu'après samedi soir, ma mère m'a demandé si je voulais toujours boxer. J'ai répondu oui. L'encadrement chez les amateurs est bien différent des professionnels.» 

L'entraîneur du programme, Michel Desgagné, reconnaît que ce drame ternit l'image de la boxe. 

«À chaque fois que ça arrive, il y a toujours des gens qui questionnent la boxe, dit-il. Il n'y a pas de parents qui m'ont appelé aujourd'hui pour retirer leur enfant de leurs cours. Mais c'est normal que des parents discutent avec leur enfant.»  

Le boxeur professionnel de Chicoutimi, Francy N'Tetu, ébranlé, a refusé de commenter la situation d'Adonis Stevenson. Les deux hommes de sont affrontés trois fois chez les amateurs, N'tetu remportant le premier combat. Le Chicoutimien lui a aussi ervi de partenaire d'entraînement chez les professionnels.  

Les deux hommes se connaissent donc très bien. 

 

Dans la même catégorie