/news/society

Protection de la jeunesse

Les jeunes placés ont un grand retard académique

Agence QMI

Les jeunes placés par le système de protection de la jeunesse accusent un retard scolaire manifeste comparativement aux autres Québécois du même âge. 

C’est ce que révèlent une étude du partenariat EDJeP dirigé par la Chaire de recherche du Canada sur l'évaluation des actions publiques à l'égard des jeunes et des populations vulnérables (CREVAJ) de l'ENAP, qui a suivi une cohorte de 1136 jeunes de 17 à 21 ans qui ont été placés par le système de protection de la jeunesse 

Selon cette étude, seulement 17 % des jeunes de 17 ans qui ont été placés sont inscrits en cinquième secondaire, contrairement à 75 % dans la population en générale. 

De plus, aussi peu que 27 % des jeunes placés n’ont jamais redoublé une année scolaire, contre 80 % dans la population en générale et 60 % dans les milieux défavorisés. 

«Compte tenu de la place centrale du diplôme et de la scolarité dans les processus d'insertion socioprofessionnelle, il faut tous se mobiliser collectivement pour améliorer les soutiens scolaires aux jeunes placés afin de réduire cette inégalité criante», a indiqué Martin Goyette, chercheur principal de l’étude. 

«Qu'on soit dans une perspective de justice sociale et d'égalité des chances ou dans une perspective de développement économique, ces jeunes doivent constituer une priorité», a-t-il ajouté. 

La prochaine vague de collecte de données dans le cadre de l’étude débutera au printemps prochain et apportera d'autres éléments sur la transition de sortie des jeunes placés, ont souligné les auteurs. Les mêmes jeunes seront à nouveau rencontrés en 2019 et 2020. 

Dans la même catégorie