/regional/sherbrooke/estrie

Saint-Denis-de-Brompton

Les limites de vitesse réduites font-elles vraiment ralentir les automobilistes?

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

La limite de vitesse dans les quartiers résidentiels de Saint-Denis-de-Brompton passe de 50 à 40 km/h. 

Le conseil municipal dit répondre à la volonté de la population de faire ralentir les automobilistes. Toutefois, plusieurs doutent que cette réglementation plus stricte ait les résultats espérés. 

Lynda Bellalite, professeure de l'Université de Sherbrooke, étudie les conditions optimales correspondant aux différentes limites de vitesse en milieu urbain depuis plus de 25 ans. Elle a visité et enregistré des relevés de vitesse dans environ 300 municipalités du Québec, dont une quarantaine qui ont procédé à des réductions de limites de vitesse. «J'ai pris des relevés avant et après les changements, affirme-t-elle. En aucun cas l'unique mesure de diminuer la limite de vitesse a un impact. Elle doit être accompagnée d'une autre mesure, par exemple une surveillance policière plus fréquente ou un réaménagement de la chaussée.» 

Selon la spécialiste, peu d'automobilistes portent attention aux limites de vitesses en milieu urbain. «C'est plutôt l'environnement qui dicte la façon de conduire des automobilistes, ajoute Mme Bellalite. Les deux facteurs qui ont le plus d'impact sur la vitesse des voitures, c'est la largeur de la chaussée et le champ visuel. Par exemple si la rue est large et que les bâtiments sont éloignés, les gens roulent plus vite que sur une rue étroite où il y a des obstacles.»