/finance/homepage

Statistique Canada renonce à obtenir des documents bancaires

Agence QMI

extreamly close up the stacking of office working document with paper clip folder

Cozine - stock.adobe.com

Statistique Canada a mis sur la glace, pour le moment, son projet de demander des données portant sur 500 000 ménages à neuf banques canadiennes, a dévoilé lundi le «Globe and Mail».

Plus tôt cet automne, la chaine Global News avait dévoilé que l'organisme fédéral amassait des données auprès de TransUnion et qu'il comptait faire de même auprès des banques à partir de janvier. Les Canadiens visés par cette collecte d'informations n'étaient pas au courant.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a, depuis, ouvert une enquête sur les agissements de Statistique Canada. De son côté, l'agence a indiqué au «Globe» avoir mis fin à son entente avec TransUnion pour le moment.

Le statisticien en chef Anil Anora a aussi écrit aux banques pour leur demander de ne pas transmettre de données pour le moment, montre un message relayé par le quotidien de Toronto. Statistique Canada travaillera plutôt de concert avec le secteur bancaire pour voir comme elle pourrait mener la collecte de données, tout en respectant la vie privée des Canadiens.

En octobre dernier, M. Anora avait pourtant défendu le processus. «Je comprends les préoccupations des Canadiens, et je veux leur assurer que leurs renseignements personnels sont protégés rigoureusement, et ne sont jamais partagés publiquement», avait-il déclaré.

Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, s'est réjoui de la volte-face de Statistique Canada. «C’est une immense victoire pour tous les Canadiens qui ont affronté Justin Trudeau pour lui dire que le gouvernement n’a aucune raison de fouiller dans leurs comptes bancaires», a-t-il affirmé par communiqué, en dénonçant le «manque de leadership» du premier ministre sur cette question.