/news/politics

Legault réduit les seuils d’immigration à 40 000

Geneviève Lajoie | Agence QMI

Comme promis, le gouvernement Legault a présenté mardi son plan pour réduire les seuils d’immigration à 40 000 en 2019, qui doit maintenant recevoir l’approbation du fédéral.

Comme il s’était engagé à le faire en campagne électorale, le gouvernement caquiste propose une réduction de 24 % du nombre de nouveaux arrivants accueillis au Québec pour l’année qui vient.

• À lire aussi: Le gouvernement Trudeau se dit «déçu»

• À lire aussi: Pénurie de main-d'oeuvre: l’opposition dénonce une contradiction

«Ce plan est écrit à l'encre du courage», a lancé le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette à l’Assemblée nationale. Il a ajouté que cette réduction est «temporaire», c’est-à-dire le temps que le Québec réussisse à mieux intégrer ses immigrants.

Le ministre veut que le Québec accueille entre 21 700 et 24 300 immigrants économiques en 2019. Pour les autres catégories, le fédéral a le dernier mot. Le gouvernement de la CAQ souhaite recevoir entre 8900 à 9400 personnes en vertu du programme de regroupement familial et entre 6800 et 7500 réfugiés, des chiffres qui devront être approuvés par Ottawa.

Immigrants parlant français

La CAQ diminue légèrement sa cible de personnes immigrantes parlant français à 41 %. Pour 2018, la cible du gouvernement libéral de Philippe Couillard était plutôt de 44 %, même si au final le Québec a plutôt reçu 42 % de personnes immigrantes déclarant connaître le français.

Le gouvernement Trudeau «déçu»

Inquiet de la pénurie de main-d’œuvre, le gouvernement Trudeau s’est dit «déçu» de la décision de François Legault de revoir à la baisse le nombre d’immigrants accueillis au Québec. Le ministre fédéral Dominique Leblanc a toutefois insisté sur l’esprit de collaboration entre les deux gouvernements, qui sont toujours en pourparlers.

Même si Ottawa a son mot à dire, Simon Jolin-Barrette a bon espoir de pouvoir appliquer entièrement son plan de match en matière d’immigration, et ce, sans diminution des transferts fédéraux.

«Nous énonçons clairement au gouvernement fédéral que ce sont les cibles du Québec, du gouvernement du Québec, mais aussi de la population québécoise, parce que les Québécoises et les Québécois ont appuyé massivement la CAQ avec un engagement électoral fort relativement à la baisse du seuil d'immigration à 40 000 immigrants», a-t-il insisté en conférence de presse.

Pour l’opposition à Québec, le plan caquiste est en totale contradiction avec le problème criant de pénurie de main-d’œuvre qui touche la province.