/news/currentevents

Mort suspecte

Décédée sur son balcon avec son chien à ses côtés

Alex Drouin | Agence QMI

Une femme de 58 ans en Estrie a été découverte morte sur son balcon lundi en début de soirée avec son chien à ses côtés. 

Les policiers de Sherbrooke considèrent toujours qu’il s’agit d’une mort suspecte. 

La voisine, Marie-Michèle Bourque, connaissait la victime depuis environ cinq ans. Celle-ci demeurerait au 125 rue Notre-Dame, à Bromptonville, un arrondissement de Sherbrooke. Les deux femmes se voisinaient régulièrement. 

Mme Bourque a raconté au «Journal de Montréal» que les propriétaires avaient tenté de joindre la victime depuis quelques jours, mais en vain. « Ils ont essayé de l’appeler, mais n’avaient pas de réponse. Lorsqu’ils sont venus lundi, ils ont entendu son chien japper. Son auto était dans le stationnement », a raconté Mme Bourque, qui affirme que la porte du logement était restée entrouverte. 

Puis, les propriétaires ont découvert le corps de la victime sur le balcon et ont ensuite avisé la police et les autres locataires de l’appartement. 

« D’après moi, ça faisait quelques jours qu’elle était là », a estimé Mme Bourque en parlant du corps qui était gelé et qui était sur le dos lorsqu’il a été découvert. 

La victime était une fumeuse et se rendait régulièrement sur son balcon pour fumer. « Elle s’est peut-être enfargée dans le tapis, car elle était un peu maladroite », a dit la voisine sans malice, qui décrit la victime comme une personne sociale et très dévouée. 

Le chien de la défunte, Jazz, se trouvait à ses côtés lorsque les policiers sont arrivés et ne voulait pas quitter sa maîtresse décédée. 

Elle venait de revenir chez elle 

Mme Bourque a fait savoir que la victime venait de retourner chez elle puisqu’elle avait quitté son appartement depuis deux mois en raison de problème d’eau. 

« On devait se voir bientôt pour prendre un café », a dit avec regret la voisine. 

Elle a également mentionné qu’elle s’en voulait de ne pas avoir vu le corps de sa voisine sur le balcon avant sa découverte par le propriétaire. 

« C’est quelque chose qui va me traumatiser pendant longtemps », dit-elle.