/news/law

Ordre des psychologues

Un psychologue au comportement sexuel inapproprié condamné

Michel Jean | TVA Nouvelles

L’Ordre des psychologues du Québec a condamné un de ses membres, qui venait d’obtenir un mois plus tôt son doctorat, pour comportement sexuel inapproprié à l’endroit de deux jeunes sœurs, dont une mineure. 

La première plaignante âgée de 16 ans au moment des faits a raconté que le docteur Mario Thibodeau lui avait proposé lors d’une rencontre psychothérapeutique de l’initier à la sexualité. Dans une consultation avec sa sœur de 20 ans, il a tenu des propos à caractère sexuel, expliquant à la jeune femme qu’il aimait pratiquer le cunnilingus pendant de longues périodes.  

De plus, Mario Thibodeau gardait un lit dans son bureau, ce qui selon le syndic a joué un rôle dans l’interprétation de ses propos par les victimes. 

«Malgré les explications de l’intimé et de sa conjointe, au sujet de la configuration actuelle du bureau de l’intimé, le Conseil ne comprend toujours pas comment l’intimé n’a pas été en mesure de réaliser et comprendre, dès le début de sa pratique en avril 2015, qu’un lit n’a pas sa place dans un cabinet de psychologue.» 

Le Conseil de discipline reproche également au docteur Thibodeau d’avoir perpétué «une routine de bisous et de câlins avec une personne qu’il sait vulnérable, fragile et d’une certaine façon dépendante de cette relation professionnelle», contrevenant ainsi encore au Code de déontologie. 

Le Conseil estime que les «deux clientes sont au moment des faits fragiles et vulnérables.» 

Le syndic de l’Ordre des psychologues reproche aussi à Mario Thibodeau d’avoir cherché à discréditer les plaignantes et leur mère et les accusant de l’avoir piégé et d’avoir voulu «créer un drame». Le Conseil n’a pas cru le docteur Thibodeau et conclu qu’il «a abusé de cette relation pour tenir des propos abusifs à caractère sexuel.» 

Mario Thibodeau a travaillé comme thérapeute en interventions de soutien et de relation d’aide pendant plusieurs années. Il a complété son doctorat de psychologie à l'UQAM et est devenu membre en avril 2015. Les événements qui lui sont reprochés remontent au mois de mai suivant. 

Le Conseil de discipline doit maintenant statuer sur la durée de sa suspension.