/news/law

Réseau lié aux Hells Angels

Huit ans de taule pour un fournisseur de cocaïne

Michaël Nguyen | Agence QMI 

Courtoisie Police provinciale de l'Ontario

Un trafiquant de cocaïne qui fournissait un réseau lié aux Hells Angels a été envoyé à l’ombre pour huit ans, en plus de perdre son permis de conduire en raison d’un délit de fuite quand il était à deux doigts d’être arrêté.

Michel «Gogo» Pedneault, un trafiquant vétéran de Blainville âgé de 55 ans, brassait de grosses affaires dans le monde des stupéfiants. En utilisant un langage codé, il se procurait de la cocaïne pour ses clients liés aux motards criminels, qui acheminaient ensuite la drogue jusqu’en Ontario.

Mais son «succès» dans le monde interlope a finalement causé sa perte.

«La division du crime organisé de la police de Montréal a reçu une information voulant qu’il s’adonne à du trafic de stupéfiants, ce qui a permis d’obtenir un mandat de perquisition à son domicile», a expliqué une procureure quand Pedneault a plaidé coupable de possession de drogue en vue d’en faire le trafic.

En fouillant le logement de Pedneault, les policiers avaient pu mettre la main sur 1,5 kilogramme de cocaïne d’une valeur de plus de 60 000 $, d’environ 10 000 pilules d’ecstasy, de 125 grammes de cannabis et de plus de 17 000 $ en billets de banque.

Complot

En plus d’avoir plaidé coupable en lien avec cette saisie, Pedneault a aussi reconnu avoir comploté pour faire du trafic de cocaïne dans le Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Il s’est aussi reconnu coupable de conduite dangereuse et de délit de fuite, pour s’être sauvé en voiture lorsqu’un policier avait tenté de l’intercepter après l’avoir reconnu. Pedneault avait réussi à fuir, mais il a été arrêté plus tard.

«Il est criminalisé depuis toujours», a expliqué la Couronne lors de l’imposition de la peine, cette semaine, au palais de justice de Montréal.

La procureure a d’ailleurs rappelé que Pedneault a récemment été condamné à 10 ans de pénitencier en Ontario, dans une affaire de trafic de cocaïne.

Selon le juge Ron Laliberté, l’accusé, qui se faisait aussi appeler «Ped», a fourni une quantité «considérable de cocaïne» au contact du réseau de stupéfiants qui habitait dans les Laurentides.

Des documents comptables saisis par la police laissent croire que le réseau avait une dette de plus d’un demi-million de dollars envers Pedneault.

Délais

Dans les dossiers de Montréal, les parties se sont entendues pour proposer une sentence globale de huit ans de pénitencier.

L’avocate de la défense, Debora de Tomassis, a concédé que la suggestion «peut sembler basse», mais que la complexité du dossier qui s’étire depuis plusieurs années le justifiait.

«À l’ère de l’arrêt Jordan [sur les délais judiciaires], faire les procédures à Chicoutimi dans le dossier de complot aurait été fastidieux», a de son côté expliqué la procureure.

Une fois que Pedneault aura terminé de purger sa peine d’incarcération, il lui sera interdit de prendre le volant pendant cinq ans, en raison de sa condamnation pour conduite dangereuse et délit de fuite.