/news/currentevents

Attaque à Sainte-Béatrix

Le pitbull n’aurait pas dû être à l’intérieur

TVA Nouvelles

Le chien de type pitbull qui a attaqué deux femmes dans une résidence pour personnes handicapées de Sainte-Béatrix n’aurait jamais dû être à l’intérieur. Les autorités étaient au courant de la situation puisque deux signalements avaient été faits en l'espace de trois mois, mais le chien n'a pas été retiré à temps.

TVA Nouvelles a appris que la résidence de type familiale était accréditée depuis 2007, mais que les critères d’évaluation du Centre intégré de santé et de services sociaux de Lanaudière ne permettent pas d’y héberger ce type d’animal.

• À lire aussi: «Québec doit prendre ses responsabilités»

«L'animal n'aurait pas dû être présent dans cette résidence. Au mois de septembre, on avait avisé le propriétaire que l'animal ne pouvait pas être là», affirme Daniel Castonguay, PDG du CISSS Lanaudière.

Un intervenant du CISSS avait fait un premier signalement en septembre, puis un deuxième en novembre. Une rencontre avait été planifiée pour le 5 décembre, mais elle n'aura finalement pas été nécessaire.

Pourquoi le chien n'a-t-il pas été retiré de ce milieu avant? Le CISSS mène son enquête. «On va faire la lumière sur pourquoi il y a eu un délai entre septembre et le mois de décembre de notre intervention», poursuit M. Castonguay.

Le permis de la résidence est suspendu le temps de faire la lumière sur les événements. Selon les résultats de l'enquête, il pourrait même être suspendu indéfiniment.  

Rappelons que deux femmes de 73 et 31 ans ont été sauvagement attaquées par le chien, mardi matin. Les victimes ont subi de sérieuses blessures qui ont nécessité l’intervention d’un plasticien et l’amputation n’a heureusement pas été nécessaire.

L’attaque serait survenue à la suite d’une querelle entre le pitbull et un autre chien.

Les deux bêtes ont depuis été mises en quarantaine au Carrefour canin de Saint-Paul, près de Joliette, qui agit en tant que contrôleur animalier dans la région. On devra entre autres déterminer si les chiens sont atteints de la rage.

Le maître du pitbull, un jeune homme de 19 ans, a déjà manifesté son intention de faire euthanasier l’animal.

La Sûreté du Québec a pour sa part confirmé qu’il n’y avait pas d’élément criminel dans ce dossier.

Dans la même catégorie