/news/politics

Élection partielle

Les candidats de Roberval débattent

Jean Houle | TVA Nouvelles

Voter pour le pouvoir ou pour un parti d'opposition? Cette question a mobilisé les candidats à l'élection partielle dans la circonscription de Roberval, qui participaient mercredi matin à un débat devant le Cercle de presse du Saguenay.

La candidate caquiste Nancy Guillemette a été la cible de plusieurs attaques pour des positions prises par le parti nouvellement au pouvoir, entre autres sur l'accueil des immigrants et les signes religieux dans l'espace public.

Mme Guillemette a plaidé pour l'élection d'un député au pouvoir lors de l'élection partielle du 10 décembre.

«On parle d'un 75e député, mais c'est plus que ça, a-t-elle dit. C'est l'occasion d'avoir une place autour de la table où se prennent les décisions.»

Les adversaires avaient leurs arguments pour la contrer. «Si c'était vrai, il y aurait 50 comtés au Québec qui n'auraient rien», a fait remarquer le péquiste Thomas Gaudreault.

«Il faut choisir un candidat qui se tiendra debout. Avec la CAQ, ce sera une charcuterie tantôt au niveau des services publics», a martelé Luc-Antoine Cauchon, de Québec solidaire (QS).

Les quatre partis ont pratiquement les mêmes priorités: la forêt, la santé, l'éducation et la pénurie de main-d'œuvre.

La CAQ propose d'alléger le fardeau fiscal des retraités qui retourneront sur le marché du travail.

Québec solidaire veut amener l'industrie forestière à un autre niveau.

William Laroche, du PLQ, a dû défendre l'ancien gouvernement quand le candidat péquiste a déploré le peu d'influence du Lac-Saint-Jean sur les autorités de la santé du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«Le gouvernement libéral a eu le courage de prendre des décisions, a fait valoir le candidat libéral. Oui, il y a eu des pertes d'emplois, mais il faut regarder en avant et parler avec les gens.»

Les chefs François Legault, Pierre Arcand et Pascal Bérubé ont tous annoncé leur présence dans le comté de Roberval lundi soir.

Dans la même catégorie