/finance/homepage

Hausse de 10%

Bombardier vise des revenus de 18 milliards $ US

Agence QMI

Bombardier veut atteindre la barre des 18 milliards $ US en revenus en 2019, soit environ une hausse de 10 % par rapport à ceux de cette année.

Dans ses prévisions publiées jeudi, la multinationale québécoise précise qu’elle y arrivera par la mise en service de l’avion Global 7500, dont tous les appareils sont vendus jusqu’en 2021, la performance du secteur ferroviaire, dont le carnet de commandes couvre plus de 80 % des objectifs de revenus pour 2019 et 2020, ainsi que par un meilleur service après-vente dans tous les secteurs qui pourrait lui permettre d’engranger 500 millions $ US supplémentaires en 2020.

Bombardier vise des revenus de 20 milliards $ et plus en 2020.

« Après trois ans d’exécution de notre plan de redressement, Bombardier est une entreprise beaucoup plus solide, a affirmé Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier, par communiqué, jeudi. Nous sommes confiants d’atteindre nos objectifs pour 2020 et entrevoyons d’immenses occasions à saisir au-delà de 2020.»

«En poursuivant l’exécution de notre plan de redressement, nous bâtissons une entreprise dotée de formidables produits, de solides carnets de commandes et d’une structure de coût efficiente, une entreprise en mesure de générer une performance financière supérieure pendant longtemps», a ajouté M. Bellemare qui était à New York jeudi pour convaincre les investisseurs de faire confiance à sa compagnie.

Transition

Bombardier souligne que l’année 2019 en sera une de transition concernant ses flux de trésorerie. Les investissements diminueront, mais pas assez pour générer de liquidités significatives.

C’est en 2020 que l’entreprise compte y arriver avec «3,5 milliards $ US d’encaisse et un ratio d’endettement fortement réduit».

En attendant, Bombardier compte réduire à 800 millions $ US ou moins ses dépenses en immobilisations durables en 2019, mais en raison de charges non récurrentes, les flux de trésorerie seront «neutres plus ou moins 250 millions $ US». Parmi les charges exceptionnelles en 2019, on retrouve celle de 250 millions $ US déjà annoncée liée à la restructuration de la compagnie et une réserve de fonds de roulement de 250 millions $ US qui est essentiellement utilisée pour l’intensification de la production d’avions Global 7500.

Dans la même catégorie