/news/world

Texas

Dernier adieu à l'ex-président George H.W. Bush

Agence France-Presse

L'ancien président américain George H.W. Bush a reçu jeudi un dernier adieu populaire au Texas avant d'être inhumé dans l'intimité aux côtés de l'épouse qu'il a chérie pendant plus de 70 ans, Barbara, et de leur fille décédée en bas âge. 

Quatre jours de cérémonie, des funérailles d'Etat et les plus grandes figures politiques, démocrates et républicaines, rassemblées: les États-Unis ont traversé un bref, et rare, moment d'unité pour les obsèques du 41e président des États-Unis (1989-1993). 

Loin des caméras, George H.W. Bush a été inhumé en famille en fin de journée sous un ciel gris, près de la bibliothèque présidentielle qui porte son nom à College Station, au Texas. 

• À lire aussi: L'Amérique unie le temps d'un adieu solennel à George H. W. Bush

• À lire aussi: Brian Mulroney livre un éloge éloquent

«Le 41e président des États-Unis d'Amérique, George Herbert Walker Bush, est arrivé en sa dernière demeure», a annoncé son porte-parole, Jim McGrath. 

Décédé à l'âge de 94 ans au Texas, le 30 novembre, il a été enterré aux côtés de Barbara, son épouse et grand amour pendant 73 ans, décédée en avril, et de Robin, leur fille morte d'une leucémie lorsqu'elle avait 3 ans.

«Dans notre deuil, nous pouvons sourire», avait déclaré mercredi son fils George W. Bush, entre les larmes, «car nous savons qu'il serre Robin dans ses bras et a de nouveau la main de maman dans la sienne».

Agitant des drapeaux américains, des citoyens anonymes s'étaient massés jeudi sur les bords des voies pour saluer le train aux couleurs de l'avion présidentiel Air Force One, et marqué de son nom, qui transportait sa dépouille depuis Houston. 

Une patrouille militaire a survolé le convoi, encadré par une garde d'honneur. =

«Courage»

George W. Bush, 43 président américain, et ses proches ont accompagné sa dépouille à chaque étape des multiples honneurs rendus, à Washington et au Texas, au dernier président américain de la Guerre froide.

Dans la matinée, jeudi, sa famille et des proches s'étaient réunis pour une ultime cérémonie à l'église épiscopalienne de St. Martin à Houston, que la famille Bush fréquente depuis des décennies.

Né dans une riche famille du nord-est des États-Unis, George H. W. Bush avait choisi cet État du sud pour démarrer sa carrière dans le pétrole, après avoir servi comme pilote de l'US Navy lors de la Seconde Guerre mondiale. Il en avait fait ses terres d'adoption. 

Fils de sénateur, il avait été élu à la Chambre des représentants dans les années 1960 avant de partir représenter les États-Unis en Chine puis d'être nommé chef de la CIA et, enfin, vice-président de Ronald Reagan. 

Élu à son tour président des États-Unis en 1988, il avait vu tomber le mur de Berlin et s'effondrer l'Union soviétique. 

Il mena plus tard la coalition internationale pendant la première guerre du Golfe, puis fut nettement battu en 1992 par le démocrate Bill Clinton qui lui barra la route d'un second mandat. 

«Il avait le courage d'un guerrier. Mais lorsque l'heure était à la prudence, il a toujours conservé le plus grand courage d'un pacificateur», avait déclaré jeudi à l'église son ancien secrétaire d'Etat James Baker, dont il était très proche.

Dans la lignée des hommages très personnels qui lui avaient été rendus la veille en la cathédrale de Washington, l'ex-chef de la diplomatie américaine a aussi salué, la voix un temps brisée par les larmes, «sa gentillesse sans limites». 

Dans la même catégorie