/finance/homepage

Calcul erroné de la Régie

Essence: de 15 à 20 cents de trop depuis 2015

Pierre Couture | Agence QMI

 Les automobilistes québécois paient depuis des années un prix beaucoup plus élevé à la pompe, entre 15 à 20 cents de trop, en raison d’un calcul erroné de la Régie de l’énergie, a constaté «Le Journal de Québec».    

 Chaque jour, la Régie de l’énergie dit se baser sur le coût du baril de pétrole de type Brent pour calculer le coût d’acquisition d’un litre d’essence ordinaire de la part des détaillants québécois.    

 Le prix de référence fixé par la Régie de l’énergie quotidiennement sert de référence aux essenceries pour afficher leur prix à la pompe partout au Québec.    

• À lire aussi: De l'essence à moins de 1 $ au Québec! 

 Or, depuis au moins 2015, les deux raffineries en activité au Québec disent ne plus s’approvisionner uniquement avec le pétrole de type Brent, qui provient de l’Algérie et de la mer du Nord.    

 Selon l’Office national de l’énergie (ONÉ), la raffinerie Valéro, de Lévis, et la raffinerie Suncor, de Montréal-Est, s’approvisionnent à plus de 66 % à partir de pétrole de l’Ouest canadien, qui vaut beaucoup moins cher sur le marché.    

 Mercredi, le prix du baril de pétrole de type Brent s’échangeait à 82,09 $ CAN (61,45 $ US) sur les marchés, comparativement à 37,76 $ CAN (28,25 $ US) pour le baril de pétrole de type Western Canadian Select.    

 «Cette formule de calcul de la Régie de l’énergie tenait la route il y a plusieurs années. Mais là, on peut dire que les sources d’approvisionnement des raffineries au Québec ont beaucoup changé», reconnaît le professeur en droit de l’énergie, à l’Université Laval, Christophe Krolik.    

 Selon ce dernier, les automobilistes sont en droit de se questionner sur la fiabilité du système de calcul offert par la Régie de l’énergie. En appliquant une nouvelle formule, le prix offert à la pompe serait très différent, a assuré le professeur Krolik.    

 Des calculs conservateurs effectués par «Le Journal de Québec» font état d’une réduction d’environ 15 à 20 cents par litre qui pourrait être reflétée sur le prix actuel de l’essence.    

 Le prix de l’essence fixé chaque jour par la Régie de l’énergie est composé à près de 59 % du coût d’acquisition du baril de pétrole de type Brent et d’environ à 41 % de taxes.    

 La Régie reconnaît son erreur    

 La Régie de l’énergie est demeurée muette hier dans ce dossier. La responsable des communications, Véronique Dubois, n’a pas rappelé «Le Journal de Québec».    

 Dans un document appelé Guide méthodologique pour l’établissement des différents relevés sur les produits pétroliers, la Régie reconnaît toutefois son erreur alors que le recours uniquement au baril de pétrole de type Brent n’est plus approprié dans sa méthode de calcul.    

 «Des informations récentes concernant les sources d’approvisionnement au Québec ont amené la Régie à se questionner sur l’utilisation de ce type de pétrole brut à titre de référence», peut-on lire.    

 La Régie dit étudier présentement différentes options de remplacement de cette référence.    

 Comment est fixé le prix d’un litre d’essence au Québec ?    

 La Régie de l’énergie se base sur le prix du baril de pétrole de type Brent (Algérie et mer du Nord) à 82,05 $ CAN.    

 Les raffineries du Québec s’approvisionnent pourtant avec du pétrole qui provient majoritairement de l’Ouest canadien à un prix beaucoup moins cher, à 37,76 $ CAN.    

 Le prix calculé par la Régie de l’énergie induit en erreur les détaillants et les automobilistes depuis des années.    

 La Régie de l’énergie reconnaît son erreur, mais ne fait rien pour modifier sa méthode de calcul.

Dans la même catégorie