/regional/estduquebec/gaspesie

Quatre bateaux pour Ottawa

Nouvelle commande pour le Chantier Naval Forillon

Emmanuel Martinez | Agence QMI

Chantier Naval Forillon de Gaspé a décroché un contrat de plus de 30 millions $ pour la construction de quatre navires de sauvetage supplémentaires commandés par le gouvernement fédéral, jeudi.

L’entreprise gaspésienne pourra donc garantir du boulot à ses employés jusqu’en 2023, eux qui s’affairent à livrer six bateaux identiques dans le cadre d’une commande passée en 2015 par Ottawa. Cette compagnie entièrement québécoise emploie environ 75 personnes.

«Cela sécurise les emplois, a dit le directeur général de Chantier Naval Forillon, Jean-David Samuel en entrevue téléphonique. Cela nous donne des bases solides jusqu’en 2023. Cela nous permet de miser sur l’innovation et de travailler sur de nouveaux projets.»

Navire de sauvetage

Dotés de deux moteurs de 1600 forces chacun, ces navires de 63 pieds (19 mètres) servent à rechercher et sauver des gens perdus en mer.

«Ils peuvent aller dans toutes les conditions. À 25 nœuds de vitesse, ils sont assez rapides. Ils peuvent aussi bien remorquer que trouver des gens à l’eau. Ce sont des bateaux qui restent à quai et qui n’ont donc pas de couchettes à bord. Ils ont une journée d’autonomie grosso modo», a précisé Jean-David Samuel.

Sa compagnie a déjà livré deux navires à Ottawa et elle en construit présentement deux autres dans le cadre du contrat de 2015. Avec l’annonce de jeudi, elle en fabriquera dix au total, soit le même nombre que l'entreprise ontarienne Hike Metal Products qui a décroché l’autre moitié de l’appel d’offres.

Ces contrats ont été octroyés dans le cadre de Stratégie nationale de construction navale et du Plan de protection des océans du gouvernement fédéral.

«Nous fournissons aux membres de la Garde côtière canadienne l'équipement dont ils ont besoin pour assurer la sécurité des eaux canadiennes et de ceux qui s'en servent. La construction de ces nouveaux bateaux permettra aussi de créer plus d'emplois pour la population canadienne et améliorera la capacité de la Garde côtière à titre de chef de file de la sécurité maritime», a affirmé Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, par communiqué, jeudi.