/regional/montreal/montreal

Ahuntsic-Cartierville

Une école primaire qui inquiète les parents

TVA Nouvelles

L’état d’une école primaire de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, à Montréal, inquiète plusieurs parents.

TVA Nouvelles a pu constater que l’école Saint-Simon-Apôtre, située sur la rue de Beauharnois Ouest, était dans un état questionnable.

La structure qui s'effrite et on aperçoit des trous et des taches noires dans le plafond du gymnase. En plus d’y jouer, les enfants d’âge primaire qui fréquentent cette école dînent également dans le gymnase.

«Le gymnase, le plafond, je trouve ça inacceptable qu'un établissement d'enfants du primaire soit dans cette condition-là. Ils font de l'éducation, ils respirent là, ils dînent là également», a déclaré Catherine Silletta, la maman d’un élève à TVA Nouvelles.

«Mon fils me raconte que c'est sale, que ce n’est pas propre. Et il arrive à la maison, des fois, avec son lunch avec des morceaux de poussière», ajoute Hernanina Carneiro, une autre mère.

Plusieurs parents sont convaincus que le manque de propreté de l'endroit cause des problèmes de santé à leurs enfants.

«Depuis le mois de septembre qu'il a commencé l'école. Il m'est arrivé à un moment donné, avec la toux qui n'arrête pas. C'est constant», poursuit cette mère.

En plus des taches noires, de la saleté est visible à plusieurs endroits dans l’établissement scolaire.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) affirme que les taches noires sont plutôt une accumulation de poussière. Un porte-parole assure qu'une inspection a été faite l'été dernier.

Mais les parents rencontrés disent que la situation ne se limite pas qu'au gymnase et dénoncent aussi le manque de propreté des salles de bain où il n'y aurait «jamais de savon à main depuis septembre», selon Mme Carneiro.

Le concierge habituel est en congé de maladie depuis septembre. La CSDM assure qu'il est remplacé, mais une responsable de l'école a fait savoir à cette mère que c'est loin d'être facile.

«Elle a dit: "Quand on reçoit un concierge ici, on est chanceux". C'est vraiment ça, ses mots», raconte Jenny Zaina Mulenda, mère d'un élève.

La CSDM indique que des travaux sont prévus dans le gymnase d'ici l'été prochain. Cela signifie toutefois que les jeunes vont devoir passer le reste de l'année scolaire dans ces conditions.