/finance/homepage

Vente d'actions

Plus de 30 millions $ en quelques jours pour les hauts dirigeants de Bombardier

Sylvain Larocque

ARG-BOMBARDIER-AIRBUS

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Les hauts dirigeants de Bombardier ont encaissé plus de 30 millions $ à la fin septembre en vendant des actions de l’entreprise avant que le titre ne chute en Bourse, a calculé «Le Journal de Montréal». À lui seul, le PDG Alain Bellemare a touché le tiers de ce pactole.

S’adressant à des investisseurs jeudi à New York, M. Bellemare a révélé que lui et ses collègues de la haute direction détenaient toujours «plus de 80 %» des actions et options d’achat d’actions qui leur ont été octroyées à titre de rémunération incitative à long terme.

Il voulait ainsi rassurer le marché à l’égard de l’enquête que mène actuellement l’Autorité des marchés financiers (AMF) sur la mise en place, en septembre, d’un programme spécial qui a permis aux hauts dirigeants de confier des millions d’actions à un courtier qui les vend secrètement en suivant des instructions données à l’avance.

À la mi-août, les 12 dirigeants qui participent à ce «régime d’aliénation de titres automatique» (RATA) détenaient plus de 105 millions d’actions et d’options.

S’ils possèdent toujours aujourd’hui environ 80 % de ces titres, cela signifie que plus de 20 millions d’actions ont été vendues entre l’entrée en vigueur du RATA, le 17 septembre, et sa suspension par l’AMF, le 15 novembre.

Or, si l’on se fie aux états financiers de Bombardier, 18 millions d’actions issues d’options ont été vendues avant le 1er octobre. Pendant cette période, le cours boursier de l’entreprise n’est pas descendu sous les 4,40 $, alors qu’il se situe actuellement à 2,18 $.

En utilisant le prix d’exercice le plus élevé des options des dirigeants, soit 2,62 $, on obtient un profit de 1,78 $ par action, pour un gain totalisant plus de 30 millions $ pour les titres vendus par les 12 dirigeants.

«Nous sommes pleinement confiants d’avoir tout fait de la bonne manière [quant au RATA] et nous espérons obtenir une conclusion rapide [de l’enquête de l’AMF]», a affirmé jeudi M. Bellemare.

Prévisions

Bombardier a par ailleurs dévoilé hier ses prévisions pour 2019, qui comprennent notamment des revenus en hausse de 10 %, à 18 milliards $ US, et la livraison de 155 jets d’affaires, soit une augmentation de 20 appareils.
On a également appris hier qu’une perte d’exploitation de 300 millions $ américains est prévue pour le programme d’avions A220 l’an prochain.

Dans la même catégorie