/news/society

Mirabel

Se battre pour trouver un emploi

TVA Nouvelles

Deux ans après avoir dû se battre pour obtenir un diplôme universitaire, un homme de Mirabel vivant avec un handicap doit désormais livrer un autre combat: se trouver un emploi.  

Marc-André détient un baccalauréat par cumul de certificats en sciences de la gestion. Il est articulé et se passionne pour une foule de choses. «Surtout les ressources humaines, les relations de travail», précise-t-il. 

Marc-André vit avec déficience physique, la paralysie cérébrale, qui fait en sorte qu'il a du mal à se déplacer. 

Depuis six mois, il multiplie les démarches pour se trouver un emploi. Il a envoyé une cinquantaine de CV et indique clairement sa condition, mais en vain. 

«Ce n'est pas vrai qu'il n'y a pas de préjugé, ce n'est pas vrai qu'il n’y a pas de discrimination», dit-il.  

«Ça m'écoeure un peu. Je deviens émotif, je ne devrais peut-être pas, mais honnêtement, ça me fait de la peine de se rendre compte que c'est difficile comme ça de trouver un emploi», ajoute Marc-André.  

Dans le contexte de pénurie de main-d'oeuvre, il est étonnant de voir que le taux d'emploi est toujours nettement inférieur chez les personnes handicapées.  

Marc-André rencontrera justement la ministre responsable de sa région, Sylvie D'Amours, à ce sujet le 14 décembre. 

«Le gouvernement Legault, pourquoi il n’en parle pas encore? Pourquoi le gouvernement Trudeau n’en parle pas? Si ces leaders-là n’en parlent pas, puis il n'y a pas de plan, puis il n'y a pas de mesures qui sont mises en place, comment voulez-vous qu'on ouvre les mentalités des entreprises, des employeurs, qui, on le sait, sont déjà réticents à embaucher des personnes qui ont des handicaps?», s'interroge-t-il. 

Au cabinet du ministre du Travail, on se dit sensibles à ce problème. Des mesures touchant les clientèles sous-représentées, comme les personnes souffrant d'un handicap, feront partie du plan d'action à l'emploi qui sera présenté cet hiver.