/regional/montreal/montreal

Une mère outrée

Des décorations dérobées à Verdun

Jonathan Tremblay | Agence QMI

Une mère de famille de Verdun se dit outrée par des voleurs qui brisent la magie de Noël des enfants en volant les décorations des résidences du quartier.

«Je réponds quoi à ma fille qui me demande où sont passées les étoiles sur la maison? se questionne Julie Mercier, 41 ans, résidant à Verdun. À trois ans, elle est trop jeune pour comprendre qu’on s’est fait voler!»

Le larcin est survenu au petit matin, mardi, soupçonne la femme. Le ou les malfaiteurs ont subtilisé un appareil qui projetait des faisceaux lumineux sur la résidence familiale. Ces projecteurs se trouvent sur les tablettes pour des sommes allant de 30 $ à 200 $.

«Ce n’est pas tant la valeur matérielle que le principe. On se force pour faire plaisir à nos enfants», ajoute la dame, toujours fâchée.

Pas un cas isolé

Après coup, la mère de famille s’est tournée vers les réseaux sociaux pour exprimer son désarroi. Un groupe Facebook dont elle fait partie inclut des parents de Verdun.

«J’ai reçu quatre témoignages de gens qui s’étaient aussi fait dérober leurs décorations. Une dame mentionnait que c’était comme ça chaque année», déplore Julie Mercier, offusquée.

Stratagème

Les impressions de la résidente de Verdun lui laissent croire qu’il s’agirait de voleurs organisés. Ces derniers auraient selon elle remarqué les lumières lors d’une tournée précédant le méfait.

«Le projecteur est caché sous le gazon, devant la maison. On ne peut pas le voir de jour. Les lumières s’éteignent à minuit, et nous sommes restés éveillés tard, lundi», explique-t-elle.

Julie Mercier a contacté la police de Verdun. Elle a demandé que les patrouilleurs redoublent de vigilance, mais n’a toutefois pas porté plainte.

Une seule plainte

Dans le dernier mois, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a répertorié une seule déclaration pour vol de décorations de Noël, dans ce quartier.

«Comme le temps des Fêtes tire beaucoup d’énergie, je crois que c’est banalisé. Les voleurs s’en sortent ainsi. Dommage», se désole-t-elle.

«Il faut vraiment que les victimes de vols se rendent à leur poste de quartier pour remplir un rapport, même s’il s’agit de petits objets», rappelle le Service de police de la Ville de Montréal.