/news/politics

Migrants

Manifestation tendue contre le pacte de l'ONU à Ottawa

Agence France-Presse

Des centaines de militants de droite opposés à l'adhésion du Canada au Pacte de l'ONU sur les migrations et des groupes pro-immigration se sont affrontés samedi lors d'une manifestation devant le Parlement du Canada, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Environ 200 membres de groupes d'extrême droite et une centaine de contre-manifestants ont échangé des insultes sur la pelouse enneigée devant le Parlement, par un froid glacial.

Des échauffourées ont éclaté au début de l'événement en milieu de journée, mais la police anti-émeute est rapidement intervenue pour séparer les deux camps et un manifestant a été interpellé. La foule a alors commencé à scander «refusez le pacte sur l'immigration», alors que le camp opposé criait «honte» et «les réfugiés sont les bienvenus, que les racistes rentrent chez eux».

Sylvain Brouillette, porte-parole de la Meute, a estimé que le pacte de l'ONU menaçait les politiques d'immigration nationales - une opinion partagée par le chef de l'opposition conservatrice Andrew Scheer, mais fermement dénoncée par les partisans du pacte.

«Le Canada a été bâti sur l'immigration, on a appris à vivre ensemble et on a trouvé une façon de le faire pour que ça se déroule bien. Nous n'avons pas besoin d'un pacte migratoire pour venir nous dire quoi faire et changer une recette qui fonctionne», a déclaré M.Brouillette.

Aditya Rao, un passant, s'est arrêté pour écouter les arguments, mais a conclu que les manifestants étaient mal avisés.

«Je n'en reviens pas,» a-t-il dit à l'AFP. «Ces personnes chialent devant toute cette migration chaotique, mais se plaignent en même temps d'un effort pour la rendre ordonnée et sûre.»

Non contraignant, le texte devrait être formellement adopté les 10 et 11 décembre prochain à Marrakech, au Maroc.

Ce «pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières» recense des principes et des droits déjà existants (défense des droits humains, des enfants) et formule 23 objectifs pour aider les pays à faire face aux migrations, en facilitant l'information, l'intégration des migrants, l'échange d'expertises.

L'Italie, l'Autriche, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, l'Estonie, la Lettonie, la Suisse, l'Australie, Israël et la République dominicaine ont décidé de ne pas se rendre à Marrakech.

Les États-Unis s'étaient retirés de l'élaboration du Pacte en décembre dernier.

De son côté, Justin Trudeau entend signer l'accord proposé par l'ONU.

«Accueillir les gens venus du monde entier grâce à un système d'immigration rigoureux est ce qui a fait du Canada un pays fort, et c'est quelque chose dont le monde a toujours davantage besoin», a déclaré le premier ministre.

Dans la même catégorie