/news/politics

Immigration

Maxime Bernier se désiste d'une manifestation d'extrême droite

Vincent Larin | Agence QMI

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, se serait désisté samedi d’une manifestation à Ottawa qui regroupait plusieurs groupes identitaires, dont La Meute, venue protester contre l’adhésion du Canada au pacte migratoire de l’ONU.

Des centaines de manifestants se sont rassemblés en avant-midi sur la colline du Parlement dans un froid glacial pour protester contre la signature du Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières des Nations Unies, prévue la semaine prochaine à Marrakech, au Maroc.

Or, une organisatrice du Parti populaire du Canada (PPC), fondé par Maxime Bernier en septembre dernier après son départ du parti conservateur, aurait informé un représentant de La Meute que le député serait présent à une manifestation samedi, devant le parlement, pour y donner une allocution.

Le député de Beauce parraine une pétition contre la signature du Canada à ce traité qui vise à réguler les flux migratoires entre les États membres de l’ONU. La pétition a récolté jusqu’ici près de 49 000 signatures à travers le pays.

Mais, selon le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette, M. Berner se serait désisté de l’événement compte tenu de la présence de certains groupes d’extrême droite.

«[Ses représentants] ont annoncé qu’il allait prendre la parole et, finalement, quand il a su, il y a eu beaucoup de rumeurs, que des groupes d’extrême droite de Toronto allaient se déplacer, il n’a pas voulu être associé à ça», a précisé M. Brouillette en marge de la manifestation.

«Ce que son organisatrice m’a dit hier soir [...], c’est qu’il allait être à Ottawa samedi, qu’il allait voir comment ça se passait et qu’il allait décider de prendre la parole ou pas», a ajouté Sylvain Brouillette, qui dit être en accord avec certaines positions du PPC en matière d’immigration.

Plusieurs escarmouches ont eu lieu au début du rassemblement, surtout entre les forces de l’ordre et des militants d’extrême gauche qui avaient organisé une contre-manifestation. Neuf personnes ont été arrêtées par le Service de protection parlementaire, a confirmé le Chef de cabinet auprès de la directrice du service, Joseph Law. Huit personnes d’entre elles ont été libérées et la dernière a été référée au Service de police d’Ottawa. Selon M. Brouilette, il est toutefois trop tôt pour appuyer les propositions du PPC notamment en raison de son approche sur les signes religieux pour les personnes en position d’autorité.

«Lui s’est borné à dire que c’était un débat québécois, qui ne concernait pas le Canada alors que nous, on pense que c’est un débat qui concerne tous les citoyens», a-t-il déclaré.

«Il y a une contradiction dans son discours. [...] les gens sont venus ici manifester pour supporter [sa pétition], mais il n’est pas là ce matin», a ironisé M. Brouillette, en affirmant que M. Bernier était «comme tous les autres politiciens».

Une porte-parole de Maxime Bernier n’avait toujours pas rappelé «Le Journal» en début d’après-midi.

Dans la même catégorie