/news/society

Inconduite sexuelle

Un dirigeant d’Hydro quitte son poste

Alexandre Robillard

 - Agence QMI

GEN-BRASSERIE MOLSON

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Un membre de la haute direction d’Hydro-Québec, dont le conseil d’administration avait réclamé le départ à cause d’une inconduite sexuelle, a décidé de démissionner, a appris notre Bureau d’enquête.

Selon nos informations, son départ prévu à la fin du mois a été annoncé le 30 novembre aux employés de son service.

Le chef des affaires publiques, Serge Abergel, a confirmé la démission de ce membre de la haute direction. «Le haut dirigeant visé par des allégations non fondées d’inconduite a décidé de quitter Hydro-Québec à la fin décembre», a-t-il dit dans une entrevue.

Début novembre, notre Bureau d’enquête a révélé que les membres du conseil d’administration de la société d’État réclamaient son départ, après une enquête réalisée par une consultante externe.

Ils avaient conclu que «l’inconduite du haut dirigeant revêt un caractère sexuel en contravention avec la politique de tolérance zéro mise de l’avant» par la société d’État.

Consensuel

Hydro-Québec a ensuite pris la défense du haut dirigeant. M. Abergel a soutenu qu’il n’y avait pas eu d’inconduite sexuelle, mais qu’il s’agissait d’un «échange consensuel jugé inapproprié».

Cette version des faits avait été reprise le lendemain par le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien.

Une source à Hydro-Québec a indiqué que le haut dirigeant a choisi de partir de lui-même.

Selon les informations obtenues, les allégations d’inconduite portées à l’attention du CA sont les seules formulées contre lui.

«Le monsieur n’avait rien à se reprocher, mais cette saga a laissé des séquelles», nous a-t-on indiqué, ajoutant qu’il était «dégoûté» que sa réputation ait été ternie par l’ex-président du CA, Michael Penner. Ce dernier a quitté ses fonctions le 5 novembre.