/regional/montreal/montreal

Des organismes opposés à la construction de nouveaux condos

Nadia Lemieux

Un bâtiment commercial du quartier Saint-Henri, à Montréal, pourrait bientôt être détruit pour faire place à 315 condos, ce que déplorent des organismes qui souhaitent que cette zone d’emplois soit préservée et que des logements sociaux y soient construits.

En juin dernier, le comité consultatif d’urbanisme (CCU) de l’arrondissement du Sud-Ouest rejetait la demande de démolition du 4700, rue Saint-Ambroise, un bâtiment commercial situé en bordure du canal de Lachine.

«Le CCU a dit non parce qu’il était inquiet pour l’avenir des employés du bâtiment», a expliqué la directrice de cabinet du maire Benoit Dorais, Marie Otis.

Le promoteur immobilier a porté la décision du comité en appel. Le 24 octobre, lors d’une séance spéciale du conseil d’arrondissement du Sud-Ouest, les élus n’ont finalement pas été en mesure de trancher et ont demandé plus de temps pour étudier le dossier.

Depuis, le promoteur a acheté l’édifice et a payé pour le déménagement des entreprises qui y louaient des bureaux.

Le sort du 4700, rue Saint-Ambroise, devrait finalement être décidé le 9 janvier prochain, lors de la reprise de la séance spéciale du conseil.

Si sa demande de démolition est acceptée, le promoteur devrait y construire 315 condos et 98 unités de logement social, un CPE, une petite épicerie, un incubateur d’entreprises et des bureaux. Le tout serait réparti sur cinq bâtiments de six étages.

Opposés aux condos

Des résidents et des organismes de Saint-Henri s’opposent à la démolition de l’édifice, car ils estiment que cette rare zone d’emplois en bordure du canal devrait être préservée.

«On veut que Projet Montréal respecte son engagement de développer des zones d’emplois près du canal et spécifiquement sur ce site, a expliqué la coordonnatrice de la corporation de développement communautaire Solidarité Saint-Henri, Shannon Franssen. On veut aussi qu’il mette en réserve une partie de ce terrain pour des logements sociaux. Tout ça, c’est très possible sans le développement des condominiums.»

Les opposants à la démolition considèrent également que la construction de 315 nouveaux condos, dont certains très luxueux, contribuera à accentuer les inégalités sociales dans ce quartier déjà aux prises avec le phénomène de l’embourgeoisement.

«[Le promoteur] vante beaucoup la mixité sociale de son projet, mais si on regarde la rue [Saint-Ambroise], sur le bord du canal, il y a juste des condos. Si on veut atteindre une réelle mixité sociale sur le bord du canal dans le Sud-Ouest, c’est un projet 100 % logement social qu’il faut viser», a fait valoir l’organisatrice communautaire au POPIR Comité logement, Sandrine Belley.

Plus de 500 personnes ont jusqu’à maintenant signé une lettre contre la démolition de l’édifice. Des intervenants et signataires ont déposé lundi le document lors du conseil d’arrondissement de l’arrondissement du Sud-Ouest.

Il a été impossible de parler au maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, lundi, mais Marie Otis a mentionné que le coût du rachat du terrain pour y développer des projets entièrement communautaires serait sans doute trop élevé pour que la Ville considère cette option.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.