/finance/realestate

Jonathan Marchessault achète et démolit une maison de 2 millions $ à Lac-Beauport

Lac-Beauport

Nicolas Saillant | Agence QMI

La résidence achetée par le joueur de hockey de la LNH Jonathan Marchessault sera complètement détruite. Sur cette image, un aperçu de l’extérieur.

Gracieuseté et Agence QMI

La résidence achetée par le joueur de hockey de la LNH Jonathan Marchessault sera complètement détruite. Sur cette image, un aperçu de l’extérieur.

Achetée au coût de 2 millions $, une jolie résidence à Lac-Beauport sera démolie dans les prochaines semaines pour faire place à la résidence de rêve du joueur de la LNH Jonathan Marchessault. 

Compte tenu de la rareté des terrains bordant les lacs à proximité de Québec, il n’est pas rare de voir des terrains avec de vieux chalets être achetés puis démolis pour faire place à une résidence moderne. Or, même ces chalets à vendre sont devenus de plus en plus rares avec le temps, notamment à Lac-Beauport où il n’y a plus aucun terrain vierge. 

À détruire 

Ainsi, deux résidences longeant le lac Beauport ont été achetées à gros prix au cours des derniers mois dans l’unique but de les raser. C’est le cas de l’ancienne demeure de l’homme d’affaires Michel Cadrin. 

Affichée à 2,4 millions $, cette grande maison a été vendue pour 2 millions $ au début du mois d’août au joueur des Golden Knights de Vegas Jonathan Marchessault et à sa conjointe. Un permis de démolition a ensuite été demandé et obtenu. 

Or, cette maison centenaire est loin d’être un «chalet». Avec une surface habitable de 6600 pieds carrés, cette dernière a visiblement été refaite à neuf au cours des années. Garage double et grande cuisine à aire ouverte, la résidence ferait l’envie de bien des familles. 

Si l’annonce de la démolition de cette résidence a fait sourciller bien des citoyens de la municipalité, ce n’est pas le cas du maire Michel Beaulieu, qui confirme que «tout a été respecté à la lettre». Il affirme que la résidence n’avait pas de valeur patrimoniale et que la future construction est «totalement conforme à l’image de Lac-Beauport» du point de vue architectural. 

Une autre résidence côtoyant le lac, connue sous le nom du château de Mme Knox – jadis conjointe du premier propriétaire des Sabres de Buffalo –, a aussi été achetée cet été au coût de 1 million $ avant d’être démolie au profit d’une construction neuve. «Ça montre qu’il y a une rareté pour les terrains», confirme Marc Bédard, évaluateur immobilier chez Capital Expertise. 

«Ventes rares» 

Il rappelle qu’il s’agit de «ventes rares» où le nouveau propriétaire «est prêt à payer [le gros prix] pour un spot». M. Bédard évalue aussi que ce genre d’achat n’est souvent pas profitable. «Il n’y a pas de logique économique, de profit immobilier, c’est souvent un choix émotif, les gens payent pour leur maison de rêve», explique l’évaluateur. 

Dans le cas du château de Mme Knox, le maire Beaulieu avoue être «très heureux» de la disparition de cet étrange bâtiment, ajoutant également que cela permettra de renaturaliser les berges.