/news/currentevents

La SQ relance 16 dossiers mystérieux

Meurtres et disparitions

TVA Nouvelles

Victime de vol qualifié qui a mal tourné, jeune femme tuée après une soirée dans un bar, mère de famille mystérieusement disparue; ces trois cas ont une chose en commun: ce sont des dossiers de crimes non résolus de la Sûreté du Québec.   

• À lire aussi: «C’est comme si j’étais morte en même temps que lui» - sa mère  

Afin de faire avancer les enquêtes pour la plupart des meurtres non résolus, et certaines disparitions nébuleuses, la Sûreté du Québec a relancé 16 nouveaux dossiers en les rendant accessibles au public par le biais du site https://www.dossiersnonresolus.com.    

Plus d’une trentaine d’enquêteurs travaillent sur plus de 700 dossiers non résolus, et ce, à temps plein.    

Dans les 16 nouveaux cas, certains remontent à 1969.   

«Toute information peut faire une différence. [...] La mémoire peut avoir changé au cours des années, ou une personne peut être plus disposée à parler aujourd’hui qu’auparavant. Si on pense qu’on a pas tout dit, il faut communiquer l’information», a expliqué Joyce Kemp, porte-parole de la Sûreté du Québec à l’émission Le Québec Matin.    

Voici les 16 nouveaux cas relancés   

Éric Gagnon    

Sûreté du Québec


Éric Gagnon, 27 ans, a été vu pour la dernière fois dans la nuit du 26 mai 1996, vers 01h30 alors qu'il reconduisait une amie au bar Le Bellevue dans le secteur de Trois-Pistoles. Les éléments de l’enquête laissent croire qu’il serait rentré chez lui par la suite. Toutefois, il ne sera jamais revu. Selon son entourage, M. Gagnon avait un rendez-vous qu’il attendait avec impatience, prévu dans les jours suivant sa disparition. Il ne l’aurait pas manqué volontairement.    

Armand Beaufort    

Sûreté du Québec


Armand Beaufort, âgé de 75 ans a été victime d’un vol qualifié à sa résidence de St-Cuthbert autour du 28 juillet 1990. Une rumeur circulait à l’effet que la victime conservait une importante somme d’argent à sa résidence. Apparemment, les suspects ont tout tenté pour trouver cet argent, mais en vain. Ils ont quitté les lieux en abandonnant la victime menottée. M. Beaufort aurait perdu connaissance et serait par la suite décédé.   

Fernand Thibeault    

Sûreté du Québec


Le 7 juillet 1999, la centrale 911 de la Sûreté municipale de Drummondville reçoit un appel concernant un incendie au Bar Le Vog. À l'arrivée des pompiers, soit quelques minutes après l'appel, les vitrines de la façade étaient brisées et les flammes bien visibles.    

Sur place, le gérant de l'agence de sécurité avise les pompiers que son beau-père, Fernand Thibeault, est surveillant à l'intérieur et que son véhicule est toujours devant le bar. L'intensité du brasier et la chaleur ont toutefois empêché les pompiers d'entrer afin de sortir M. Thibeault.    

La rencontre des voisins nous apprend que deux hommes ont été vus quelques minutes avant l'incendie lancer un objet à travers de la vitrine du bar, et par la suite allumer le feu avant de prendre la fuite en courant.   

Céline Gagnon   

Sûreté du Québec


Céline Gagnon est disparue de son domicile de Forestville le 6 juin 1976. Elle n’a pas été revue depuis. Elle vivait en couple et était mère d’un enfant. Le dossier a d’abord été traité comme une disparition, mais l’enquête a par la suite évolué et l’homicide est considéré comme une thèse probable.    

Fritz Dieujuste    

Sûreté du Québec


Le 21 mars 1991 vers minuit, des coups de feu ont été entendus dans le stationnement situé sous l'autoroute Ville-Marie à Montréal. Quelques minutes plus tard, une victime est découverte sous la voie d'accès, couchée par terre. Il s’agit d’un jeune homme du nom de Fritz Dieujuste.    

À l'arrivée des premiers témoins, M. Dieujuste n'était pas décédé, mais inconscient. Il fut transporté à l'Hôpital Général de Montréal où il est malheureusement décédé par la suite.   

Normand Barnett    

Sûreté du Québec


Le 21 janvier 1991 vers 19h00, la victime se trouvait à l'intérieur d'un camion stationné à l'arrière du garage Tremblay situé au 67 Pinsonneault à St-Constant. Il fut atteint de plusieurs projectiles d’arme à feu.    

La victime se trouvait à cet endroit en compagnie de deux autres individus. Selon certaines informations, il y aurait possiblement eu erreur sur la personne. La personne visée aurait été une des deux autres personnes présentes sur les lieux.   

Michel Lussier    

  

Le 28 septembre 1980, le corps de Michel Lussier, âgé de 18 ans, fut découvert par des chasseurs en bordure d'un sentier fréquemment utilisé par la population locale. De fait, il se situe dans un boisé derrière un quartier résidentiel de la municipalité de Lachenaie.   

Lors de la découverte, la victime se trouvait face contre le sol et elle avait des blessures à la tête et au visage. M. Lussier portait toujours ses vêtements et n'avait aucune pièce d'identité sur lui. Il ne semblait toutefois pas avoir été dépouillé de ses effets personnels.   

Lawrence Coffin    

Sûreté du Québec

À Témiscamingue, le 14 mars 1969 vers 02h00 du matin, trois individus cagoulés se sont introduits dans les bureaux de la scierie Booth Lumber. Au rez-de-chaussée, se trouvaient les bureaux, et à l’étage, des chambres pour les travailleurs.    

N’ayant pas réussi à ouvrir le coffre-fort, les trois individus, armés de pistolets, sont montés à l’étage pour tenter d’obtenir la clé du coffre-fort et voler les chambreurs.    

Les employés ont ouvert leur chambre et furent ligotés. Lawrence Coffin refusa d’ouvrir. L’un des suspects tira alors à travers la porte de la chambre. Le projectile transperça le haut de la cuisse gauche de Lawrence Coffin, perforant au passage l’artère fémorale. La victime décéda peu de temps après d’une hémorragie.   

René Désilets    

Sûreté du Québec

  

Le 22 mars 1975, René Désilets est retrouvé sans vie sur la rue St-Georges dans le comté de Drummond. Cet endroit, plutôt isolé, est entouré d'arbres assez denses de chaque côté de la route. La victime travaillait pour à son compte dans la vente d’outils pour des garages.   

Il avait deux employés. Côté famille, il était marié depuis plus de 10 ans et avait une fillette de 3 ans. À noter aussi que le camion de la victime était stationné sur l'accotement, à proximité de l’endroit où le corps fut découvert.   

Teresa Martin    

Sûreté du Québec

Le 12 septembre 1969, Teresa Martin (14 ans) revient du cinéma des Galeries D’Anjou, en soirée, accompagnée de deux amis en autobus. À l’intersection St-Michel et Henri-Bourassa, Teresa quitte ses copains pour prendre un transfert.    

Vers 3h00 du matin, son corps fut retrouvé en position assise dans le stationnement de la taverne du Vieux Cyprès sur le boul. Henri-Bourassa. La jeune victime a soigneusement été déposée à cet endroit, par le ou les suspects.   

Gérald Lapierre    

Sûreté du Québec

Le 16 janvier 1980, le corps d’un homme complètement gelé et tout habillé est retrouvé par des policiers effectuant une patrouille sur la Montée St-Victor, à St-Janvier. Gérald Lapierre, un homme dans la cinquantaine, a été tué par arme à feu.    

La victime fréquentait différents endroits licenciés de Montréal. Parmi eux figurait le Barachais. Notons que la dernière personne à avoir vu vivante la victime est une serveuse de ce bar.   

Stanley Sydor    

Sûreté du Québec

Stanley Sydor est arrivé en mai 1972 à la prison de Bordeaux. Durant son court séjour (huit jours) pour des contraventions impayées, il a été battu. Il fut même retrouvé inconscient dans sa cellule.    

Monsieur Sydor fut soigné pour ses blessures, puis termina sa peine. Une fois en liberté, son état s’est détérioré et il dut retourner à l’hôpital où il est décédé quelques heures plus tard. Ce chauffeur de taxi de profession serait décédé des blessures qu’il a subies quelques jours plus tôt en prison.   

Gisèle Saucier    

Sûreté du Québec

Le 16 décembre 1982, Gisèle Saucier est rapportée disparue au Service de Police de Baie-Comeau par sa mère. La victime, elle-même mère de trois enfants, n’a pas été revue depuis le 22 novembre 1982.    

Selon l’enquête, elle devait se rendre à une réunion de la coopérative de Hauterive dans la soirée, mais elle ne s'est jamais présentée.   

Rolland Bizier   

Sûreté du Québec

Le 13 octobre 1973, Rolland Bizier est porté disparu par sa famille. Lettreur-peintre de profession, cet homme dans la cinquantaine gagnait bien sa vie et il ne s’en cachait pas.    

Son entourage le décrit comme étant un homme discret sur sa vie personnelle et très routinier.    

Le corps de monsieur Bizier fut retrouvé seulement six mois plus tard dans un chalet à Disraeli. Il avait été tué par arme à feu. Notons que l’enquête ne permet pas d’établir le moment précis où la victime a été vue pour dernière fois.   

Patrice Richard    

Sûreté du Québec

Le 12 mai 1971, le corps de Patrice Richard est retrouvé par des individus circulant dans le rang des Écoliers, près de l’intersection du rang de la Presqu’île dans la municipalité de L’Assomption. M. Richard, âgé de 34 ans, avait vraisemblablement été victime d’un homicide.    

Jean Grandmaison    

Sûreté du Québec

La victime, Jean Grandmaison, était portier à l'Hôtel Spirale de St-Paul l'Ermite (L’Assomption). Le 23 juin 1973, vers 22h10, alors qu’il était attablé dans l’établissement, deux individus descendent l'escalier; l’un d’eux fait feu avec une mitraillette dans les airs tandis que l'autre, muni d’une arme de poing, tire sur M. Grandmaison assis à une table, près de l’escalier.    

Les suspects prennent aussitôt la fuite.   

Toute information pouvant aider à résoudre ce crime peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec, au 1 800 659-4264.   

Dans la même catégorie