/news/tele

«Les Honorables»: famille éplorée cherche vengeance

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

 - Agence QMI

Drame familial, thriller psychologique ou, comme l’illustre le réalisateur Louis Choquette, «carte géographique de la douleur de la perte d’un être cher»; qu’importe la définition qu’on lui accole, «Les Honorables» est avant tout une série à l’intrigue en béton, ponctuée de scènes puissantes qui vous laisseront aussi captivés que pantois.

Nouveau-né de Club illico qu’on pourra dévorer en rafale dès le 10 janvier prochain, «Les Honorables» compte non seulement sur l’expertise du doué Choquette («19-2», «Le gentleman», «Mirador») derrière la caméra des 10 épisodes, mais également sur celle de l’auteur et procureur aux poursuites criminelles et pénales Jacques Diamant («Ruptures», «Toute la vérité») aux textes et sur des talents comme Macha Grenon, Patrick Huard, Mylène Mackay et Sylvain Marcel à la distribution.

Sphère Média Plus («L’Imposteur», «Nouvelle adresse», etc) produit l’œuvre, qui pourrait peut-être connaître une suite si la matière y est.

Désespoir

«Regarde-moi dans les yeux en disant que tu n’y as pas rêvé», a lancé un Ludovic Dessureaux (Patrick Huard), désespéré, mais droit comme un chêne, à son ex-femme, Lucie (Macha Grenon), qui le somme de revenir à la raison.

Ce fantasme que le père de famille et juge à la Cour du Québec en chambre criminelle évoque, c’est de régler – par ses propres moyens, pas nécessairement catholiques – le cas du sinistre Tristan Rabeau (Kevin Houle, un visage à surveiller), présumé meurtrier de sa fille cadette, Gabrielle (Myriam Gaboury), sauvagement assassinée.

Lucie, de son côté, est juge à la Cour supérieure. Elle compte aussi s’acharner jusqu'à ce que justice soit rendue, mais via les issues honnêtes que lui permettent sa profession.

Leurs deux autres enfants, Alicia (Mylène Mackay) et le mouton noir Raphaël (Olivier Gervais-Courchesne) sont aussi divisés; alors qu’elle pratique le métier de juriste comme ses parents, lui – qui travaille officiellement comme vendeur d'automobiles tout en distribuant des taloches dans ses temps libres – préconise comme son père la manière forte.

Particulièrement efficace, la première heure des «Honorables» condense les événements qui constituent le levier de cette fiction trépidante et prenante: circonstances du meurtre de Gabrielle, une athlète de haut niveau, et faits saillants du procès qui mènera à l’acquittement de Rabeau, un étudiant en droit narcissique, qui développera une fixation malsaine à l’endroit des Dessureaux.

Conséquences

Hélas, le jury ne pourra s’appuyer sur une preuve hors de tout doute raisonnable qui pourrait envoyer Rabeau derrière les barreaux à perpétuité. Pas plus que le téléspectateur, d’ailleurs, qui devra se contenter, comme les Dessureaux, de présumer de la culpabilité de l’inquiétant personnage.

Blessés et convaincus de la faute de Rabeau, les Dessureaux entreprendront leur quête de vengeance.

«C’était important de voir le processus de se faire justice soi-même, a mentionné Louis Choquette en visionnement de presse, lundi. Les conséquences vont être mises en lumière...»

Impliqué depuis une dizaine d’années dans une équipe de conseillers en tant que procureur, Jacques Diamant a accordé une importance énorme, dans son scénario, au réalisme du milieu qu’il dépeint dans «Les Honorables». Macha Grenon et Patrick Huard ont même rencontré des juges pour préparer leurs rôles.

Jacques Diamant tient à ce que les situations dépeintes dans la série soient juridiquement impeccables. «Je suis très difficile. On a fait des ajustements sur des mots, on ne dira jamais des phrases que des avocats ne disent pas», a-t-il mentionné.

«Les Honorables», à voir sur Club illico dès le 10 janvier 2019.