/news/tele

«Un zoo pas comme les autres»: un docu-réalité réconfortant

Yan Lauzon | Agence QMI

Tout amateur d'animaux sera charmé par «Un zoo pas comme les autres», le nouveau docu-réalité «feel good» sans larmes, sans mise en scène ni grande épreuve que diffusera TVA à compter du 7 janvier prochain, à 19 h.

Ours, loups, tigresse... Assurément l'un des secrets les mieux gardés de la Beauce (mais pour combien de temps?), le Miller Zoo de Frampton est une véritable «terre d'accueil» pour des bêtes qui ne l'ont pas eu facile, comme se plaisent à le décrire les propriétaires Émilie Ferland et Clifford Miller. Un projet dans lequel ils s'investissent pleinement depuis sept ans.

Ce lieu où vivent quelque 180 animaux représentant plus de 60 espèces est l'endroit idéal pour s'attendrir devant un ours noir à trois pattes qui se laisse flatter le bedon, des bébés ratons laveurs qui boivent au biberon, une tigresse que son maître caresse comme si elle n'était qu'un chat ou encore des loups qui communiquent aisément avec leur maîtresse.

Dès les premières images de l'émission, on convient rapidement que le Miller Zoo n'est pas un endroit comme les autres. Mais ce qu'on apprend rapidement, c'est à quel point les instigateurs de ce projet, amoureux des animaux arborant fièrement des tatouages de leurs pensionnaires, sont aussi tout sauf ordinaires.

Par bonté, ils ont décidé de consacrer temps et énergies à prendre soin des mammifères, des oiseaux, mais aussi des reptiles (on leur confie un caïman abandonné) qui ont besoin d'aide.

Prêts à tout

Plus qu'un simple endroit où apprécier les joies de monde animal, l'endroit est à la fois un centre de réhabilitation pour les bêtes avant de retourner dans la nature ainsi qu'un refuge où elles peuvent couler des dernières années paisibles avec amour et respect.

Aucun défi ne semble arrêter les propriétaires du Miller Zoo. À preuve, ils construisent un large enclos pour deux babouins trentenaires dont ils héritent et ne baissent pas les bras quand ils apprennent que l'un est presque complètement aveugle. Au contraire, ils sont motivés à l'idée d'adapter l'environnement qu'ils viennent tout juste de concevoir.

Avec eux, on apprend qu'il est possible de prendre soin de n'importe quel animal. Et ça fait un grand bien.

Une stagiaire en mission

Après avoir prêté ses traits à la jeune Lili victime d'intimidation au destin tragique dans «Le jeu», Laura Compan est partie s'amuser en mission au Miller Zoo.

Avec une énergie contagieuse et un bel humour, elle réalise plusieurs défis comme nettoyer le bassin (très sale) des capybaras, les plus gros rongeurs du monde, ou nourrir un ours noir vieux de 15 ans.

Regroupées sous le projet «Mission zoo», ses dynamiques aventures seront présentées les samedis et les dimanches à 16 h 30, sur les ondes de Yoopa, dès le 12 janvier.