/news/society

À la DPJ, un ado rêve d'aller pêcher dans une pourvoirie

TVA Nouvelles

La période de Noël est difficile pour les jeunes qui vivent dans des centres jeunesse et qui vont devoir y passer les Fêtes.   

TVA Nouvelles a rencontré un adolescent qui vit à Cité des Prairies, un centre jeunesse de Montréal, et qui a offert un témoignage bouleversant.   

Michel a 15 ans et vit ici depuis un an après être passé dans deux autres centres auparavant. Il est arrivé en centre jeunesse parce que son père l'a abandonné et que sa mère ne pouvait plus en prendre soin.   

Comme trop d'enfants, il a été pris en charge par la DPJ à l'âge de 6 ans. Il ne savait pas ce qui se passait.   

«Je n'avais pas vraiment comme le goût nécessairement d'avoir de l'amour de ces personnes-là parce que je ne savais pas c'était qui. Ce que je voulais le plus, c'est que ce soit maman qui s'occupe de moi», raconte Michel.   

Les neuf dernières années n'ont pas toujours été faciles. «Je suis parti en fugue plusieurs fois», ajoute-t-il.   

Cette année encore, il passera une autre fête de Noël à la DPJ. 

Quand il était petit, il lui arrivait d'écrire au père Noël pour lui demander la présence de ses parents. Il a décidé d'écrire une nouvelle lettre à celui qui pourrait l'aider à réaliser ses rêves.   

«J'adore la pêche. C'est un éducateur qui m'a montré cette belle passion», dit-il. Il aimerait aller dans une pourvoirie.   

Michel a recommencé à voir régulièrement sa mère il n'y a pas si longtemps. Il croit que son passé ne l'empêchera pas de réussir et souhaite devenir un jour ambulancier.   

 «J'aimerais sauver des vies. J'aimerais voir le monde meilleur. Je suis quelqu'un qui n’aime pas vraiment voir les gens souffrir», lance-t-il.   

 Souffrir, il sait ce que cela veut dire. La magie de Noël lui permettra peut-être d'être entendu et encouragé.    

 «On dirait que la période de Noël accentue le vide qu'il y a dans la vie de ces jeunes-là. Il est là tout au long de l'année. À Noël, on dirait que c'est pire», explique Frédéric Desrochers, éducateur à la Cité des Prairies.    

 Les éducateurs tentent d'amasser des dons pour leur offrir des cadeaux.  

 «Que ce soit le seul cadeau matériel qu'il réussisse à avoir parce que les familles, souvent, n’ont pas les moyens d'offrir des cadeaux», conclut M. Desrochers.