/finance/homepage

La productivité est la clef des emplois payants

Institut du Québec

Agence QMI

L’Institut du Québec est d’avis que la création d’emplois mieux rémunérés au Québec passe nécessairement par une augmentation de la productivité de chaque travailleur. 

 «Dans un contexte de plein emploi et de rareté de main-d'œuvre, miser sur la productivité pour augmenter les salaires s'avère indéniablement une bonne stratégie à adopter», a indiqué Mia Homsy, directrice de l’Institut, par communiqué, jeudi. 

«Car au chapitre de la productivité, l'analyse révèle encore là que l'Ontario tire mieux son épingle du jeu que le Québec, tant dans le secteur manufacturier que dans celui des services», a-t-elle ajouté. 

Même si les facteurs de la productivité sont «complexes» et «très variables d’un secteur à l’autre», l’Institut note qu’il faut d’abord miser sur le capital humain en investissant dans le développement des compétences. 

«Ensuite, il est nécessaire d'accroître le stock de capital par travailleur en stimulant les investissements, principalement ceux dans la machinerie et l'équipement», indique l’institut. 

À la lumière de cette analyse, l’Institut du Québec invite le gouvernement Legault à revoir ses programmes axés sur la création d'emplois afin de les remplacer par des offensives favorisant la création de valeur, l'innovation, le développement des compétences et l'investissement en machine et matériel.  

En parallèle, l’Institut recommande de privilégier le développement des secteurs à forte valeur ajoutée et à haute intensité technologique.