/finance/homepage

Un taxi Tesla atteint les 300 000 km au compteur

Valérie Chouinard | TVA Nouvelles

Christian Roy a été le premier propriétaire d'un taxi Tesla en Amérique du Nord et, aussi, l’un des premiers à avoir atteint les 300 000 km avec sa voiture électrique au Québec. «Je fais plus de 60 000 kilomètres par année en moyenne», a-t-il dit jeudi à TVA Nouvelles.

Comment va la voiture maintenant? «C’est sûr que j’ai changé des pièces aux roues, des barres de suspension, des choses normales. Sinon, c’est vraiment comme neuf! Le moteur ne change pas, c’est toujours la même puissance, ça vieillit très bien comme on dit!»

Aussi, l'autonomie de la batterie a légèrement diminué. Lorsque sa voiture a atteint les 250 000 kilomètres, elle était à 10 %. «Ce n’est vraiment pas beaucoup!» a-t-il indiqué.

Le président de l’Association des véhicules électriques du Québec, Simon-Pierre Rioux, est du même avis.

«Les 300 000 kilomètres, c'est un des premiers qui l'atteint. On trouve ça très impressionnant, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant de changer ses batteries. Normalement, la batterie va durer plus longtemps que l'utilisation du véhicule», a-t-il expliqué.

Christian Roy et sa Tesla forment une équipe depuis près de cinq ans, une équipe rentable. «J’économise environ 8000 $ d’essence, de changement d’huile et d’entretien par année. Chez nous, à la maison, ça me coûte 2000 $ d’électricité par année», a-t-il ajouté. Avec les incitatifs, il a payé son véhicule 84 000 $.

Christian Roy aimerait conserver encore longtemps sa voiture. Ça risque d'être difficile. Une réglementation dans l'industrie du taxi interdit aux chauffeurs d'opérer leur véhicule de plus de huit ans à Montréal, alors que c’est 10 ans ailleurs en province.

«Dans cinq ans, elle va avoir 600 000 kilomètres, elle va être encore neuve. Ce serait dommage d’être obligé de changer ça», s’est défendu M. Roy.

Est-ce que la réglementation pourrait être modifiée? Le ministère des Transports affirme «demeurer à l’affût de l’évolution des besoins et de la technologie».

Québec s'est donné comme objectif d'atteindre les 100 000 véhicules rechargeables sur les routes en 2020, ce qui est trois fois plus qu'en ce moment. De plus en plus de consommateurs sont charmés par cette idée.

«On a presque vendu le même nombre de véhicules en une année, soit 7000, qu'on en a vendu dans les années précédentes. On est en voie d'atteindre ce premier objectif», a ajouté M. Rioux.

Soulignons qu’un autre chauffeur s'est doté d'un tel véhicule et il sera sur les routes prochainement.