/regional/troisrivieres/mauricie

Le village de Fred Pellerin est incapable de gérer le tourisme

Amélie St-Yves | Agence QMI

Une étude conclut que Saint-Élie-de-Caxton est trop petit pour réussir à bien gérer les 60 000 touristes par année amenés par la popularité du conteur Fred Pellerin.  

«Le Journal de Montréal» révélait jeudi que Fred Pellerin se disait extrêmement déçu que la Municipalité s’y soit prise trop tard pour qu’il puisse participer à la Féerie de Noël, une activité qu’il a mise en place il y a 11 ans. La Municipalité a plutôt engagé une conteuse de Montréal pour faire les voix, ce qui a choqué plusieurs résidents. Fred Pellerin a mis Saint-Élie-de-Caxton sur la carte avec ses contes depuis plus de 15 ans.  

• À lire aussi: Fred Pellerin remplacé par une autre conteuse  

«Quand Fred Pellerin se rend disponible pour faire un conte pour une petite municipalité comme la nôtre, et qu’il donne une date butoir, et que cette date-là n’est pas respectée, ça manque de professionnalisme», dit la boulangère Isabelle Héroux.  

«Le Journal de Montréal» a obtenu une copie de l’étude réalisée en 2017 par Jean-Marc Lecouturier qui conclut que le tourisme est trop important pour être régi par la Municipalité.  

Selon l’étude, un organisme indépendant devait être créé pour gérer le tourisme, qui peut être imposant pour le village de 2000 personnes.  

Limites  

«Tu tombes avec un mandat de diffusion, de production, de promotion, d’organisation. Je ne sais pas si cela doit reposer sur les épaules d’une municipalité comme la nôtre», a dit Fred Pellerin, mercredi.  

Cette étude avait été commandée par le dernier conseil municipal. M. Lecouturier, de LJM Conseil, avait fait le travail en rencontrant entre autres 50 résidents. Il est écrit dans le rapport final que l’implication de la Municipalité a atteint ses limites.  

«Le développement et la gestion du tourisme demandent des expertises pointues dont ne dispose pas la Municipalité», est-il également écrit.  

Le nouveau conseil municipal élu en novembre dernier n’a pas annoncé son intention de créer un tel organisme.  

Les estimations d’achalandage touristique présentées dans le document sont par ailleurs en constante hausse, passant de 3000 visiteurs en 2007 à 60 000 en 2016.  

Le citoyen Luc Chevarie pense aussi que les élus municipaux l’ont échappé.  

«Ça tient de l’incompétence ou de la mauvaise volonté. C’est un ou l’autre, et dans les deux cas, ces personnes-là ne sont pas à leur place», dit-il.  

Ni le maire Robert Gauthier ni la directrice du tourisme Martine Painchaud n’ont rendu nos appels.