/news/society

La viande de 500 cerfs gaspillée

Stéphane Sinclair | Agence QMI

Québec a payé 527 000 $ pour abattre plus de 500 chevreuils sauvages en pleine santé dont la viande a été gaspillée alors que celle d’un élevage provenant d’une ferme aux prises avec la maladie du cerf fou a pu être mise en marché.

Lorsqu’un premier cas de la maladie débilitante chronique des cervidés a été répertorié en septembre parmi les cerfs rouges de Harpur Farms à Grenville-sur-la-Rouge, dans les Laurentides, le provincial a engagé des chasseurs américains.

• À lire aussi: Deux nouveaux cas du cerf fou

• À lire aussi: La maladie du cerf fou identifiée chez quatre autres bêtes

• À lire aussi: Un troisième cas de la maladie du cerf fou dans les Laurentides

Ils ont jusqu’à présent récolté de 500 à 600 chevreuils dans une zone de 400 km2 autour de la ferme problématique alors que l’objectif était de 350.

Québec a payé les chasseurs américains 527 000 $.

L’objectif était de vérifier si la maladie avait été transmise dans la nature puisque les bêtes de la ferme et les animaux sauvages peuvent être en contact étant donné qu’il n’y a pas de double clôture autour du troupeau.

Les cerfs sauvages étaient tous en santé et les tests post mortem se sont avérés négatifs. Il est impossible de faire ces tests lorsque les animaux sont vivants.

Organismes de charité

Mais plutôt que de récupérer et donner la viande saine à des organismes communautaires, Québec a décidé d’incinérer les carcasses. Selon le ministère de la Faune, il n’y avait aucun moyen d’éviscérer assez rapidement les bêtes pour que la viande soit encore bonne.

Puisque la maladie se propage notamment par le sang, le gouvernement ne voulait pas éviscérer les bêtes sur place.

Plusieurs sont scandalisés de voir que de la bonne viande a été gaspillée.

«Ils auraient pu éviscérer les chevreuils sur place dans des conteneurs mobiles réfrigérés. Ils auraient pu donner la viande à des organismes de charité au lieu de la gaspiller», fustige le directeur général à la Fédération québécoise des chasseurs et des pêcheurs, Alain Cossette.

Ce dernier affirme que la Société des établissements de plein air du Québec possède des conteneurs réfrigérés dans ses parcs à travers la province. Ils appartiennent déjà au gouvernement. Ça n’aurait pas coûté cher de les transporter à Grenville-sur-la-Rouge, selon M. Cossette.

Le boucher Daniel Himbeault, propriétaire de Himbeault Gibier, croit aussi que la viande aurait pu être récupérée.

«Ils auraient pu les éviscérer dans des conteneurs ou même les amener rapidement chez des bouchers spécialisés en gibier qui se trouvent autour de la zone d’opération de la compagnie américaine», a-t-il dit.

Onze tests positifs

«Nous faisons des dons de viande chaque année lorsque c’est possible. Dans ce cas-ci, ce n’était vraiment pas possible», a expliqué un porte-parole au ministère de la Faune, Nicolas Bégin.

Après la découverte d’un premier cas de la maladie du cerf fou, Ottawa a annoncé que les 3000 bêtes de Harpur Farms allaient être abattues et ensuite testées. La viande des animaux en santé est toujours vendue sur le marché.

Jusqu’à présent, 11 animaux ont été déclarés positifs à la maladie. Le fédéral compensera financièrement la ferme pour ces bêtes. Il resterait environ 150 cerfs à abattre.