/finance/homepage

Le PDG du Groupe Maurice veut freiner l’exode des aînés

Pierre-Olivier Zappa | TVA Nouvelles

Plus de 200 municipalités se trouvent aujourd’hui sans résidences privées pour retraités au Québec. Luc Maurice, un des plus importants joueurs de l’industrie, souhaite établir une collaboration plus étroite avec les gouvernements pour freiner l’exode des aînés vivant en région.  

«On a besoin de 6000 logements par année pour les 30 prochaines années! C’est clair, on le sait, mais on n’y arrive même pas, explique le PDG du Groupe Maurice, qui détient une trentaine de complexes pour retraités au Québec. Il y a plusieurs régions qui ne peuvent pas soutenir une résidence d’importance à cause du nombre et des finances.»  

En fait, seulement 10 % des résidences privées sont situées en milieu rural au Québec. Dans certaines régions, comme sur la Côte-Nord, un aîné sur deux pourrait devoir quitter sa municipalité afin d’avoir accès à un milieu de vie. Dans ce contexte, Luc Maurice propose que les différents paliers de gouvernement réfléchissent à des incitatifs permettant aux entrepreneurs de bâtir des résidences en région.  

«Par exemple, certaines municipalités pourraient offrir le terrain pour presque rien, avec un rabais de taxe. Le réseau de la santé pourrait fournir du personnel. Le restaurant du village pourrait s’attacher physiquement à la résidence. Il y a des solutions!», s’exclame l’homme d’affaires. Son entreprise, dont les actifs immobiliers avoisinent les 2,5 milliards $, développe actuellement une vingtaine de projets au Québec.  

  

  

«Dans les cinq dernières années, autour de 250 résidences ont dû fermer leurs portes parce que les chiffres ne fonctionnaient pas», souligne M. Maurice. Il appelle l’industrie à demeurer «disciplinée» et à éviter de prendre des risques trop importants. Un soutien accru des pouvoirs publics permettrait de développer davantage de projets à l’extérieur des grands centres urbains. D’ailleurs, leur popularité ne se dément pas au Québec, car environ 20 % des aînés optent pour ce type d’habitation.  

Le grand patron du Groupe Maurice admet du coup avoir perdu beaucoup d’argent dans certains projets immobiliers ces dernières années. «Réussir en affaires, c’est une chose. Mais on réussit en affaires seulement si on fait une différence dans la vie des gens », conclut ce chef d’entreprise passionné.  

Dans la même catégorie