/finance/homepage

Les emplois culturels ont bondi de 23 % au Québec en 10 ans

Agence QMI

Le nombre de professionnels de la culture et des communications a connu une hausse de 23 % entre 2006 et 2016, passant de 118 760 à 146 540 travailleurs.

C'est ce que révèle une étude publiée lundi par l'Observatoire de la culture et des communications de l'Institut de la statistique du Québec, qui précise cependant que cette augmentation ne se reflète pas dans toutes les professions culturelles.

Par exemple, les danseurs (+53 %), les designers graphiques et illustrateurs (+40 %), le personnel technique des musées et des galeries d’art (+36 %), et les photographes (+35 %) sont toutes des professions qui ont connu une hausse durant cette décennie.

À l’inverse, les archivistes (-34 %), les bibliothécaires (-22 %), les artisans (-15 %), et les journalistes (-10 %) sont moins nombreux en 2016 qu’ils l’étaient en 2006.

Plus de femmes

En 2016, les femmes étaient proportionnellement plus présentes dans les professions culturelles, où elles constituaient 54 % des travailleurs, alors qu’elles ne forment que 48 % des travailleurs tous domaines confondus.

Malgré la surreprésentation des femmes dans cette catégorie d’emploi, elles sont moins bien payées que les hommes. Le revenu médian des femmes (33 220 $) est en 2015 de 14 % inférieur à celui des hommes (38 660 $), mais il s’agit d’un écart moins grand que celui qui prévaut dans l'ensemble de la population active expérimentée (-23 %).

De plus, au sein des professions culturelles, la proportion de travailleurs de moins de 45 ans est plus élevée (62 %) que dans la population active expérimentée (56 %).

Les professionnels de la culture et des communications sont par ailleurs surreprésentés dans la région de Montréal par rapport au reste du Québec.