/news/society

Les Québécois sont nombreux à se préparer à aller dans le Sud

Bien qu'il n'ait pas encore officiellement débuté, les Québécois semblent en avoir déjà assez de l'hiver alors que la vente forfaits tout inclus dans le sud a augmenté de 13 %.  

Selon les chiffres de CAA-Québec provenant de son sondage d’intentions de vacances hivernales, on note que 52 % des Québécois ont l’intention de prendre des vacances entre décembre et mars. En revanche, 46 % des vacanciers resteront dans la Belle Province pour y faire une petite virée (20 %) ou encore rester au chaud... à la maison (26 %).  

Les gens ont commencé à magasiner leurs voyages dans le Sud dès le mois dernier, poussés par les chutes de mercure. CAA-Québec indique que l’augmentation des ventes de forfaits pour le Sud a augmenté de 13 % comparativement à l’an dernier.  

Pour la Floride seulement, on parle d’une croissance de 23 % des ventes. Et pour Cuba, c’est encore plus fort, avec une hausse de 76 %. Pour la République dominicaine, l’augmentation atteint 16 %, mais le Mexique encaisse pour sa part une baisse de 8 %.  

«On a vu la demande augmenter dès le mois de novembre, comme si plusieurs avaient ressenti l’urgence de faire le plein de vitamine D avant un hiver qui s’annonce long. On ne vend peut-être pas de vitamine D, mais on sait certainement où amener nos clients pour en trouver», a dit le vice-président des services voyages de CAA-Québec, Philippe Blain.  

Pour l’heure, cet appel pour le Sud ne semble pas avoir fait augmenter les prix des forfaits pour le Sud, selon CAA-Québec.  

«Plus d’un Québécois sur quatre se paiera des vacances bien méritées à la chaleur cet hiver. Encore une fois, on constate que le tout inclus est très accessible. Pour certains, c’est devenu un pèlerinage annuel, presque un besoin!» a-t-il ajouté.  

Du cannabis pour Noël?  

Deux mois après la légalisation du cannabis au Canada, CAA-Québec a sondé les gens pour savoir si, pendant les Fêtes, il sera indiqué, en plus de l’alcool, de griller un joint.  

Le coup de sonde montre que seulement 6 % des non-habitués ont l’intention de fumer du cannabis pendant la période des Fêtes. Ce sont surtout les hommes, les moins de 35 ans, les étudiants, les résidents de la région de Montréal et les non-francophones qui souhaitent faire l’essai de la drogue douce légalisée par les libéraux de Justin Trudeau le 17 octobre dernier.  

En cette période de réjouissances, CAA-Québec souligne qu’il vaut mieux s’abstenir de conduire après avoir consommé du cannabis, parce que «Nez rouge, ça marche aussi pour les yeux rouges».  

«On voudrait seulement rappeler que le cannabis et la conduite d’un véhicule ne vont pas ensemble. "Conduire gelé, c’pas mieux que conduire paqueté". La consommation de cannabis ramollit notre cerveau et joue des tours à nos réflexes et à nos perceptions. Une étude scientifique de l’Université McGill a même démontré que les effets du pot nuisaient à la bonne conduite pendant au moins cinq heures», a dit le directeur de la Fondation CAA-Québec, Marco Harrison.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.