/news/currentevents

Un ex-membre des Rockers abattu dans Saint-Léonard

Agence QMI

Un homme de 44 ans lié au crime organisé est mort après avoir été atteint jeudi après-midi par plusieurs projectiles d'arme à feu sur le terrain d'une station-service de l'arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal. 

Selon ce que TVA Nouvelles a appris, la victime de ce règlement de compte est Sébastien Beauchamps, lié aux Hell Angels et dont le dossier criminel était bien garni. 

On évoque une purge venant de l’interne pour expliquer le meurtre de cet ex-membre des Rockers, le défunt club-école des Hells Angels. 

Hospitalisé d'urgence, Beauchamps a finalement succombé à ses blessures en milieu de soirée à l'Hôpital Jean-Talon. 

Il s'agit du 30e homicide de l'année, alors qu'il y en avait eu 24 au total en 2017. 

Lors de l’opération Printemps 2001, Beauchamps avait dit qu’il savait qu’il vivait sur du temps emprunté. 

C'est vers 14 h 10 que plusieurs coups de feu ont été signalés par divers témoins dans ce secteur résidentiel et industriel de l'arrondissement de Saint-Léonard. 

En plus du véhicule de la victime, un VUS noir, trois autres voitures qui passaient par là ont été atteintes par des balles, selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), ce qui pourrait laisser croire que Beauchamps aurait pu lui aussi riposter aux tirs qui le visaient. 

Les trois automobilistes n'ont heureusement pas été blessés. 

L’arme utilisée par le ou les tueurs était munie d’un silencieux, une signature du crime organisé. Elle a été abandonnée sur place, soit dans la cour de la station-service située au coin des boulevards Langelier et Robert. Le boulevard Langelier a d’ailleurs été fermé à la circulation en direction sud, entre le boulevard Robert et la rue Magloire. 

Un large périmètre de sécurité a été érigé et les enquêteurs des crimes majeurs du SPVM ont été envoyés sur place. Un poste de commandement a également été déployé. 

«Le maître-chien a été dépêché sur les lieux pour récolter le plus d’information possible. Les policiers rencontrent les témoins puisque plusieurs personnes passaient à ce moment-là», a ajouté Benoit Boisselle. 

Ce dernier a aussi précisé que des policiers opéraient en périphérie puisqu’il y aurait eu «une direction de fuite pour un ou des suspects».