/regional/quebec

Une SQDC continue de déranger ses voisins

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Deux mois après l’ouverture de la SQDC Lebourgneuf, la cohabitation avec les commerces voisins ne semble pas vouloir s’améliorer, alors qu’ils sont plusieurs à dénoncer les nombreux inconvénients liés à la popularité du cannabis.

Consommation de cannabis autour des commerces, déchets laissés au sol, achalandage important et manque de stationnements font partie des éléments rapportés par les commerces voisins.

Le groupe a fait connaître son mécontentement à la société qui gère l’immeuble.

Un employé du centre Auto Hi-Fi, voisin de la SQDC de la rue Bouvier, a surpris un homme en train de fumer son cannabis devant la porte de garage du commerce.

«Il était assis dans un fauteuil roulant. Il est resté là une bonne demi-heure. Ensuite, il s’est levé et il est parti en marchant», raconte Stéphane Gilbert, qui n’en revient toujours pas.

Cochonneries

L’homme avait également jeté sa boîte de cannabis par terre. «Je lui ai dit que j’espérais qu’il se ramasse», poursuit M. Gilbert.

Selon plusieurs commerçants, la file d’attente a été déplacée dans l’autre sens, soit devant une série de locaux inoccupés.

Quoi qu’il en soit, plusieurs désagréments persistent, et la patience des voisins diminue.

Selon nos sources, une mise en demeure aurait été envoyée, même si les parties en cause n’ont pas voulu le confirmer.

Rencontre importante

«Le gros du problème, c’est l’achalandage et le trafic important que ça occasionne, sur une courte durée. Ça turn off les clients, ils sont plusieurs à nous l’avoir dit», indique le propriétaire d’un autre commerce qui a préféré taire son nom.

«Le Journal de Québec» a été mis au fait d’une rencontre qui a eu lieu mercredi matin, entre des responsables de la SQDC et la Société immobilière Dupont, propriétaire de l’immeuble qui abrite la SQDC sur la rue Bouvier.

Le nouveau président de la SQDC, Jean-François Bergeron, était présent à cette rencontre. «Le Journal de Québec» a d’ailleurs constaté la présence de M. Bergeron aux bureaux de la société immobilière, sur le boulevard Laurier. Michel Dupont, président de la Société, a refusé de rencontrer «Le Journal de Québec».

La SQDC a répondu uniquement par écrit qu’elle était «soucieuse d’entretenir de bonnes relations avec les voisins» des succursales.

Afin de réduire ces inconvénients, la SQDC envisage d’étendre les heures d’ouverture. La Société souhaite toutefois trouver un équilibre entre l’atténuation des inconvénients et la desserte de la clientèle.

L’intention est d’ouvrir les succursales sept jours sur sept dès que possible, a mentionné un porte-parole.

Dans la même catégorie