/news/world

La juge Ruth Bader Ginsburg opérée pour un cancer

TVA Nouvelles d'après CNN et AFP

La juge de la Cour suprême américaine Ruth Bader Ginsburg a été opérée pour retirer des nodules cancéreux dans son poumon gauche.    

La nouvelle a provoqué une avalanche de commentaires attristés sur les réseaux sociaux, où nombre de ses fans ont fait part de leur préoccupation, certains disant même être prêts à «lui donner un poumon».  

Les nodules se sont avérés être des tumeurs «malignes» et Ruth Bader Ginsburg, dite «RBG», a été opérée vendredi à New York afin qu'ils soient enlevés.   

«Après l'opération, il n'y a pas de signe d'autres (nodules). Des scanners effectués avant l'opération montrent qu'il n'y a pas d'indication sur la présence de la maladie ailleurs dans le corps.»   

Tout porte à croire qu’il n’y aurait plus de trace de cancer après l’opération ni dans ses poumons ni ailleurs, a affirmé un porte-parole de la Cour suprême.     

Mme Bader Ginsburg «se repose et doit encore rester à l'hôpital pendant quelques jours».   

La découverte de la maladie s’est faite après que la juge de 85 ans se soit fracturé trois côtes après être tombée dans son bureau.    

En 1999, elle avait subi une chirurgie en raison d’un cancer colorectal et dix ans plus tard, elle a suivi des traitements pour un cancer du pancréas.     

Les démocrates américains redoutent plus que tout une défaillance de la magistrate la plus connue du quatuor progressiste --sur neuf juges au total-- de la Cour suprême, car, si elle venait à partir, le président Donald Trump la remplacerait par un juge conservateur.   

«RBG» est devenue une icône pour les progressistes et un film sur sa vie, «On the basis of sex» («Une femme d'exception»), sort dans quelques jours aux États-Unis.   

Mme Bader Ginsburg a dit qu'elle ne prendrait sa retraite que lorsqu'elle ne se sentirait plus capable de travailler.  

Née dans une famille juive à Brooklyn, elle a fait ses études à l'université de Cornell et a épousé un camarade de classe, Martin Ginsburg. Elle a ensuite étudié le droit, d'abord à Harvard puis à Columbia, à une époque où le monde des avocats était presque exclusivement masculin.  

Elle a eu beau finir parmi les premiers de sa promotion à Columbia, les cabinets d'avocats de New York l'ont d'abord snobée.  

«J'avais trois choses contre moi. Un, j'étais juive. Deux, j'étais une femme. Mais, le plus grave, c'était que j'étais la mère d'un enfant de quatre ans», a-t-elle dit dans une interview à CBS.  

  

Dans la même catégorie