/finance/homepage

Les Canadiens appréhendent une détérioration de l'économie

Agence QMI

Pile of Canadian Cash Color

Hypnotik Photography - stock.adobe.com

Plus de la moitié des Canadiens s’inquiètent d’une dégradation de l’économie du pays au cours de la prochaine année, indique un nouveau sondage.

Ce coup de sonde, mené par la firme Nanos, démontre un pessimisme des répondants à l'égard de l'économie en 2019.

Environ 38 % des répondants s’attendent à une légère détérioration de l'économie, tandis que près de 30 % ont indiqué qu'elle s'améliorerait quelque peu et 5 % ont indiqué qu'elle s'améliorerait. Dix pour cent ont déclaré ne pas être certains. Environ 17 % ont choisi l'option la plus pessimiste, c’est-à-dire celle selon laquelle la situation s'aggravera.

Pour 85 % des répondants, le remboursement du déficit devrait être une priorité du prochain budget fédéral tandis que seulement 10 % ont privilégié une réduction de l'impôt sur les entreprises.

L'enquête réalisée par téléphone et en ligne a été menée auprès de 1000 personnes entre le 30 novembre et le 5 décembre dernier.

Le sondeur Nik Nanos a confié en entrevue au «Globe and Mail» que la question de l’économie va avoir une incidence sur le ton du débat politique au Canada. Rappelons que les prochaines élections fédérales se tiendront à l'automne 2019.

«Les problèmes économiques sont généralement un facteur déterminant du comportement des électeurs», a-t-il souligné.

Lors de la dernière campagne électorale, en 2015, Justin Trudeau avait promis de se limiter à de modestes déficits de tout au plus 10 milliards $, puis de revenir à l’équilibre budgétaire avant 2019. Depuis son arrivée au pouvoir, il a plutôt fait des déficits bien plus gros chaque année.

Selon les projections à long terme publiées la semaine dernière par le ministère des Finances du Canada, le budget fédéral ne pourrait être écrit à l'encre bleue qu'en 2040-2041. Le ministre des Finances Bill Morneau assure toutefois que le plan libéral «va favoriser la croissance de l'économie pour qu'elle profite à un plus grand nombre de personnes aujourd'hui et à long terme».

«Nos efforts pour bâtir une économie qui fonctionne pour tous s'appuient sur l'équilibre entre des investissements judicieux dans la population canadienne et une saine gestion budgétaire», soulignait-il.

Dans la même catégorie