/finance/homepage

Un machiniste choisi parmi plus de 1300 candidats étrangers

Francis Halin | Agence QMI

Jean-François Desgagnés/Agence QMI

Quand il a appris qu’il avait été choisi parmi 1300 candidats, le Colombien Jahir Sanabria a laissé sa cordillère des Andes natale pour aller refaire sa vie dans le village de Saint-Casimir du comté de Portneuf. 

«C’est un rêve de famille que je préparais depuis six ans. J’ai déménagé avec ma femme, ma fille... et mon chien à Saint-Casimir», relate Jahir Sanabria dans un français chantant, appris de sa ville de Bucaramanga, en Colombie. 

Arrivé depuis à peine cinq mois, Jahir travaille chez le fabricant de camions et bennes à ordures Ginove de Saint-Casimir, qui conçoit et fabrique de l’équipement de collecte de matières résiduelles, recyclables et organiques. 

«Jahir est excellent, comme tous les travailleurs sud-américains que nous avons embauchés. On a reçu plus de 1300 C.V. pour des postes de machinistes et de soudeurs. On a choisi la crème, c’est-à-dire sept, dont Jahir», dit Annie Clément, des ressources humaines. 

Mme Clément ajoute qu’elle a aussi l’œil sur la femme de Jahir, une développeuse de logiciels, qui a déjà trouvé un poste dans la région. «On l’a encore dans nos cibles. On a embauché une autre conjointe de machiniste», indique celle qui espère la séduire. 

Tranquillité 

En Colombie, Jahir Sanabria était technicien d’usinage. Il ne manquait pas de travail. Mais sa tête était ailleurs. Le rêve du Québec l’habitait depuis plusieurs années. 

Plusieurs fois au cours de l’entretien, Jahir vante le calme apaisant de Saint-Casimir. 

«C’est tranquille ici. C’est parfait pour notre famille», répète-t-il, comme un mantra. 

Encore aujourd’hui, des régions entières de la Colombie sont grugées par la criminalité... au point où Ottawa demande aux Canadiens d’éviter certains coins en raison de risques d’enlèvement, un climat plus tendu qu’à Saint-Casimir. 

Pour le président de Ginove, Christian Lapointe, ouvrir la porte de sa PME d’une quarantaine d’employés à Jahir Sanabria allait de soi. Avec un chiffre d’affaires d’environ 10 millions $, il a besoin d’aide pour percer de nouveaux marchés. 

«On a accueilli beaucoup de travailleurs étrangers d’Amérique du Sud. On a travaillé avec Québec international. Une bonne vingtaine de nouveaux arrivants sont arrivés dans notre communauté», indique-t-il. 

Aide de la communauté 

Meubles, électros, écoles... la communauté s’est retroussé les manches pour les accueillir et leur fournir le minimum nécessaire pour commencer leur nouvelle vie ici, explique M. Lapointe. 

Grâce à ses soudeurs et machinistes de Colombie et du Brésil, le fabricant québécois prépare une percée musclée à l’étranger. 

Ses camions de collecte de matières résiduelles et recyclables sont déjà au Canada, aux États-Unis et même en Chine, mais Ginove rêve de l’Europe. L’entreprise a déjà des discussions avancées avec l’Espagne et l’Italie. Et grâce à Jahir, le monde s’ouvre à lui. 

Profil de l’entreprise 

Fondation : 2004 

Achat par Christian Lapointe en 2014 

Siège social : Saint-Casimir 

Brevets : 5 

Pays : 4 (bientôt 26 pays) 

Employés : 40 

Produits : benne, mini-benne, produits de lavage de bac 

Camions construits : 180

Dans la même catégorie