/regional/estduquebec/gaspesie

Un manque criant de plombiers qualifiés

Chez Plomberie Robert Deschênes, le manque de plombiers qualifiés se fait ressentir : les journées commencent très tôt, et se terminent souvent très tard. 

Comme plusieurs autres entreprises du Bas-Saint-Laurent, il lui manque 25% de la main-d'oeuvre nécessaire pour répondre à la demande actuelle, ce qui lui coûte d'importants contrats. 

Ces entreprises lancent un cri d'alarme à la Commission de la construction du Québec (CCQ) et au ministère de l'Éducation. 

Les revendications concernent surtout l’arrimage entre le programme de formation et les besoins du marché.

« Ce que j'aimerais de la Commission de la construction du Québec, c'est qu’elle ouvre les bassins [de main d’oeuvre], pour qu’on ait plus de gens disponibles à l'emploi et qualifiés» avance Karl Deschênes, copropriétaire de Plomberie Robert Deschênes.

« Avec le volume de travail qu'on a dans la région, tous les gens sont occupés, tous les compagnons sont occupés», poursuit-il. 

Il souligne que la Commission propose déjà a une offre de perfectionnement très élargie et est financée par l'industrie, ce qui la rend gratuite à la fois pour les entreprises mais aussi pour les travailleurs.

Un problème généralisé

La rareté de la main-d'oeuvre touche non seulement le domaine de la plomberie, mais aussi d'autres secteurs de la construction. 

«Pour la région du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, et des Îles de la Madeleine, au deuxième trimestre, on remarque une augmentation de 22% d'heures travaillées par les travailleurs de la construction, comparativement à la normale, alors que dans l'ensemble du Québec, le taux est de 13% d'augmentation», illustre Guillaume Houle, porte-parole de l’Association de la construction du Québec.

«Il faut continuer les efforts pour encourager la relève à s'intéresser au métier de la construction. Il y aussi des mesures réglementaires dans l'industrie qui existent pour combler les pénuries et faire rentrer des nouveaux apprentis" dit Mélanie Mélanfant, porte-parole de la Commission de la construction du Québec.

Afin d’améliorer la disponibilité de la main-d'oeuvre et de la formation, l’Association de la construction du Québec a demandé une rencontre avec le ministre du Travail au début 2019. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.