/finance/homepage

Des entreprises misent sur des employés vivant avec un handicap

TVA Nouvelles

Alors que la pénurie de main-d’œuvre est criante dans plusieurs régions, certaines entreprises ont décidé d’embaucher des personnes vivant avec des limitations physiques ou intellectuelles.

Elles peuvent notamment suivre l’exemple de RMH Industries de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Dans cette entreprise, tout le monde connait Denis Bourget qui souffre d’une déficience intellectuelle légère.

Employé depuis 12 ans, il n’échangerait sa place pour rien au monde.

«Je serais incapable. Je suis trop bien ici! Je me sens dans une famille», explique-t-il.

Chez Société VIA, à Lévis, l'embauche de personnes avec des limitations fait partie intégrante de la mission de l'entreprise.

Au moins trois employés sur cinq de cette compagnie de recyclage, composent avec un trouble de l'autisme, une déficience intellectuelle ou encore une déficience physique.

«Ce sont des gens qui sont impliqués, qui sont heureux de venir travailler. Par contre, ça amène son lot de défis parce que ces gens-là arrivent chez nous avec des besoins particuliers», explique la directrice des ressources humaines, Mélanie Côté.

Formation pour les entreprises

Depuis le mois de septembre une formation est offerte pour accompagner les entreprises à considérer davantage cette clientèle.

L'objectif est rencontrer 500 gestionnaires d'ici le printemps.

«Il y a plusieurs centaines de milliers de personnes souffrant de handicap au Québec et là-dessus, il y en a plusieurs dizaines de milliers qui sont aptes au travail, mais qui nécessitent d'avoir peut-être une approche un peu différente», fait savoir le PDG du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval.