/regional/estduquebec/basstlaurent

Bas-Saint-Laurent

Hausse du trafic aérien de 15% en 2018 à Mont-Joli

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

Le trafic aérien a augmenté de 15% en 2018 à l’aéroport régional de Mont-Joli. Les vols offerts vers le Sud par Sunwing, le navettage vers la Mine Raglan et la relance du transporteur Pascal expliquent cette hausse du nombre d’appareils qui passent par les installations.   

On estime que plus de 75 000 passagers ont transité par Mont-Joli en 2018, ce qui représente une hausse de 30% par rapport à 2017.   

Lancés en décembre 2017, les vols vers le Sud sont toujours aussi populaires. Sunwing a bonifié son offre cette année en prolongeant sa saison de quatre semaines. Depuis le 13 décembre et jusqu’au 18 avril, un vol par semaine quitte l'aéroport régional de Mont-Joli vers Punta Cana, en République dominicaine, et vers Cancún, au Mexique.   

«Pour les gens dans le coin qui allaient dans le Sud de toute façon, le fait de partir de Mont-Joli, disons que c’est beaucoup plus abordable. Les gens de la Gaspésie, ça leur permet de faire moins de route, ça leur permet de venir dépenser dans la région et d’apprendre à découvrir la Mitis» explique Bruno Paradis, président du conseil d’administration de Régie intermunicipale de l'Aéroport régional de Mont-Joli et préfet de la MRC de la Mitis.   

Le transporteur est surpris de la «très bonne» réponse de la population du Bas-Saint-Laurent selon l'aéroport.   

«Avant, on était un endroit où on transbordait à Mont-Joli, on arrivait d’ailleurs et on s’en allait ailleurs, maintenant on est un endroit où il y a des départs», ajoute M. Paradis.   

Des départs pour la mine Raglan dans le Nord québécois se font maintenant à partir de Mont-Joli. Plusieurs travailleurs font le choix du navettage, communément appelé le «fly in fly out» et continuent de demeurer dans la région. L’aéroport est donc un outil important de développement économique.   

«Maintenant, les gens partent 15 jours reviennent, peuvent avoir une maison, une famille dans la région. Pour l’économie, c’est déjà un plus», illustre Bruno Paradis.   

Projets à venir   

L’aéroport régional de Mont-Joli continue de travailler sur différents projets. La modernisation des installations devrait se poursuivre dans les prochaines années afin de répondre aux besoins des transporteurs.   

On souhaite aussi approcher de nouveaux transporteurs et améliorer l’offre de vols entre régions.   

«Il y a de la place pour la croissance, pour développer des vols interrégionaux. On n’a pratiquement aucune connexion avec la Gaspésie. Au niveau de Québec, on a un vol. On aurait besoin d’avoir des vols tôt le matin sur l’aéroport de Montréal, ce qu’on n’a pas», explique Carole Duval, directrice de l’aéroport régional de Mont-Joli.   

L’organisation aimerait aussi éventuellement offrir des vols vers l’Europe.