/regional/estduquebec/basstlaurent

L'absence du traversier «F.-A. Gauthier» pose des défis importants

Katia Laflamme | TVA Nouvelles

L’absence d’un service de traversier entre Matane et la Côte-Nord depuis plusieurs jours cause bien des maux de tête aux entreprises de transport.  

Cette situation demande toute une logistique et occasionne des frais additionnels.  

• À lire aussi: «Il faut renouveler la flotte de traversiers»  

• À lire aussi: Le «F.A.-Gauthier» inspecté en cale sèche au chantier Davie  

Les compagnies de transport doivent prendre leur mal en patience et faire le détour par Rivière-du-Loup et Saint-Siméon.  

Les camionneurs doivent se rendre de nombreuses heures d'avance aux quais d'embarquement afin de s'assurer d'obtenir une place sur le bateau puisque ce traversier ne prend aucune réservation.  

Mais le «NM Trans-Saint-Laurent» terminait son service ce mercredi, en fin de journée. Dès jeudi, il n'y aura plus aucune traverse fluviale jusqu'à l'arrivée du «CTMA Vacancier», qui prendra la relève entre Matane et la Côte-Nord le 8 janvier.  

Entre-temps, les camions et les gens voyageant avec leur véhicule devront absolument faire le détour par Québec. Un parcours de 800 kilomètres.  

Cette situation occasionne des frais considérables pour les compagnies de transport. C'est au minimum huit heures de travail supplémentaire, sans parler des frais de carburant.  

Plusieurs autres entreprises sont aussi touchées par ricochet par ce désagrément.  

C’est le cas d’un entrepreneur dans le domaine de la distribution alimentaire de la région de Baie-Comeau, qui est obligé de payer ses employés en heures supplémentaires pour traiter la marchandise qui arrive beaucoup plus tard depuis que les camions de livraison ne peuvent plus utiliser le «F.-A. Gauthier».  

Les députés de la région, Martin Ouellet et Pascal Bérubé, demandent une forme de compensation pour ces entreprises touchées.  

Martin Ouellet a dit à TVA Nouvelles que «l’absence du «F.-A. Gauthier» a eu des impacts économiques assez grands, pour les entreprises de la rive nord et de la rive sud, qui ont à faire du transport de marchandises». Le député veut donc «travailler avec le ministère des Transports pour pouvoir mettre la main sur un programme de compensation».  

Le service aérien toujours en place  

Le service aérien entre Mont-Joli et Baie-Comeau et Sept-Îles se poursuit jusqu'au 7 janvier.  

Le bateau «CTMA Vacancier» prendra par la suite la relève jusqu’à à fin du mois de janvier. Le navire devra par la suite quitter pour aller assurer la desserte des Îles-de-la-Madeleine.  

Le traversier «F.-A. Gauthier» se rendra au chantier maritime Davie de Lévis à compter du 14 janvier pour une période d'au moins 14 jours. Il sera inspecté en cale sèche.  

La Société des traversiers du Québec (STQ) confirme que si les travaux se prolongent, un autre navire viendra prendre la relève. Impossible de savoir lequel à ce moment-ci, mais on confirme qu’on se penche déjà sur cette possibilité.