/sports/homepage

Trois-Rivières

La course en hiver peut s'avérer dangereuse

Amélie Marcoux | TVA Nouvelles

La course à pied, même en hiver, est de plus en plus populaire. Avec les résolutions du Nouvel An, plusieurs pourraient être tentés de s'y mettre. Attention avec les accumulations de neige et de glace sur la chaussée, une chute peut avoir de graves conséquences. Une jeune femme de Trois-Rivières l'a appris à ses dépens.

Marie-Hélène Massé courait le 1er janvier. «J'ai voulu sauter un amas de neige et en sautant, j'ai atterri sur le trottoir qui était glacé et je suis tombé en pleine face», a-t-elle raconté à TVA Nouvelles. 

Son accident de course a de graves conséquences. «Je me suis cassé la jambe à deux endroits», précise-t-elle. Elle doit porter un plâtre pour les deux prochaines semaines. Son cas sera ensuite réévalué par un orthopédiste qui déterminera si elle devra subir une opération. 

Celle qui s'entraîne régulièrement a commencé récemment la course à l'extérieur. Elle avoue qu'elle aurait dû mieux planifier sa quatrième course hivernale à vie. «Les petits souliers d'intérieur, ce n'est pas une bonne idée», philosophe-t-elle maintenant.

Il est d'ailleurs recommandé de bien se chausser pour courir en hiver. Il y a l'option des souliers de course spécialisés avec crampons, mais il existe aussi une option moins coûteuse, soit des crampons qui s'ajustent aux souliers de course habituels. 

«Ce sont des crampons en caoutchoucs avec des pointes de métal pour empêcher de glisser sur la glace», explique le propriétaire de la boutique de plein air Le Yéti, Stéphane Dufresne.

Si les crampons sont efficaces pour réduire les risques de chutes, les spécialistes précises que même bien équipés, les coureurs doivent s'adapter aux conditions hivernales. «Courir avec un pas qui est plus petit permet un meilleur appui au sol», souligne un chiropraticien, Dave Frost.

Marie-Hélène promet d'appliquer ces recommandations lorsqu'elle sera remise sur pied.