/regional/troisrivieres/mauricie

Le port de Trois-Rivières roule à plein régime

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

C'est du rarement vu. Le port de Trois-Rivières connaît un très fort début d'année au chapitre d'activités de transbordement.

Ses installations récemment agrandies affichent pratiquement complet depuis plusieurs jours avec six navires à quai. On explique que c'est une coïncidence qu'autant de cargos convergent en même temps vers Trois-Rivières.

Comme le port trifluvien fait aussi face à une pénurie de main-d'œuvre, accommoder simultanément autant de navires présente un grand défi logistique.

Le port assure que des mesures ont été prises pour limiter l'impact sur les délais de transbordement.

«Je ne crois pas qu'il y ait de délais démesurés», a indiqué jeudi Jacques Paquin, responsable du développement des affaires au port.

«Il y a un partage de ressources qui est fait entre les navires. Il y a effectivement du surtemps qui doit être appliqué, mais on ne veut pas que ça soit toujours le cas dans le futur. Donc on veut éventuellement compenser par l'embauche de nouvelles ressources», a-t-il expliqué.

En situation de nécessité, le contrat de travail des débardeurs permet le recours à des renforts provenant de la sous-traitance. Il est même arrivé un peu plus tôt cette année qu'une centaine de travailleurs additionnels soient requis pour supporter la centaine de débardeurs, tous à la tâche.

Pendant ce temps, une spectaculaire opération a été menée avec succès, en l'occurrence le déchargement d'un lourd équipement électrique appelé «redresseur de courant», destiné à l'aluminerie d'Alcoa à Deschambault-Grondines, dans la région de la Capitale-Nationale.

Pour hisser l'appareil de 175 tonnes en provenance d'Europe, le port a dû avoir recours à une grue mobile du groupe Grues Guay, la plus puissante en service au Québec.