/finance/homepage

Les Québécois devront se serrer la ceinture en 2019

Plusieurs hausses de tarifs et de cotisations sont à prévoir

Diane Tremblay | Journal de Montréal

Les ménages québécois devront tenir compte de plusieurs augmentations de tarifs et de cotisations en 2019 pour boucler leur budget.  

C’est sans compter les coûts d’emprunt qui ont augmenté en 2018. La Banque du Canada ayant haussé son taux directeur à trois reprises.   

« Ce n’est pas rien. Le coût du crédit est beaucoup plus significatif que l’augmentation de certains tarifs. Ça touche beaucoup de monde », affirme François Bédard, associé au service de la fiscalité chez Mallette.  

Une augmentation de 1 % du taux d’intérêt, qui passe de 3 % à 4 %, par exemple, représente une hausse de 33 % du montant à rembourser sur un emprunt de 10 000 $, fait-il observer.  

« C’est immense ! Le coût du crédit, c’est quelque chose de majeur. C’est très important », insiste-t-il.    

Les jeunes ménages sont déjà les plus endettés au pays. Selon Statistique Canada, les moins de 45 ans représentent 54 % des emprunteurs.  

La pénurie de main-d’œuvre joue toutefois en faveur des travailleurs, qui devraient toucher des augmentations salariales de 2,6 % en 2019, alors la RBC prévoit une hausse de l’Indice des prix à la consommation de 1,9 %.  

Automobile  

La Société de l’assurance automobile du Québec procédera à une augmentation de ses frais administratifs en 2019. Pour le renouvellement d’une immatriculation de voiture, il en coûtera 2,10 $ de plus qu’en 2018. En ce qui concerne le permis de conduire, les détenteurs devront s’attendre à une augmentation de 40 cents.  

Hausse des titres de transport en commun   

Les titres de transport en commun de la grande région de Montréal seront indexés de 2 % en moyenne à partir du 1er juillet 2019. Ce sera le cas pour les usagers de la Société de transport de Montréal, d’exo, de la Société de transport de Laval et du Réseau de Transport de Longueuil.   

Purolator  

À partir du 1er janvier, Purolator ajustera à la hausse ses tarifs courants de 4,9 % en moyenne. Certains frais et suppléments seront aussi modifiés.   

Plus cher pour acheter une maison   

Le marché immobilier de la région du Grand Montréal affiche parmi les plus importantes augmentations du prix de vente médian avec 3 % anticipée pour 2019 pour atteindre 421 306 $, selon l’Étude sur les prévisions du marché de Royal LePage. À l’échelle nationale, on prévoit que le prix d’une maison croîtra légèrement de 1,2 pour cent.   

Taxes foncières  

Après deux ans de gel, la plupart des résidents de Québec subiront une hausse moyenne de leur facture de taxes de 1,2 % en 2019 et ils ne sont pas les seuls. À Montréal, la hausse moyenne des taxes du secteur résidentiel atteindra 1,7 %. Les Lavallois verront leur avis d’imposition augmenter de 1,8 % en 2019. Pour jouir d’une baisse, il faudra déménager à Malartic puisque les citoyens profiteront d’une diminution de 2,4 %. Les contribuables de Rimouski n’ont pas cette chance puisqu’ils devront encaisser une hausse de 3,1 %.  

Netflix  

Les abonnés de Netflix devront encaisser de nouvelles hausses de tarif de 27 % sur leur abonnement standard, qui passera de 10,99 $ à 13,99 $. L’abonnement Premium et le forfait de base ont aussi été augmentés. Netflix soutient que ces hausses de prix vont contribuer au financement de séries télévisées au Canada. À partir du 1er janvier, le gouvernement du Québec imposera la TVQ (9,975 %) à Netflix.  

Prix du mazout  

Les ménages qui se chauffent au mazout devront payer davantage cet hiver pour faire tourner leur fournaise. Le prix du mazout est en hausse d’au moins 10 % au Québec. Cette augmentation du prix du mazout dit léger survient alors que le prix du baril de pétrole de type WTI a fortement diminué depuis un an.   

Plus cher pour se nourrir  

Les familles québécoises devront débourser 411 $ de plus au cours de l’année 2019 pour se nourrir en raison d’une augmentation anticipée de 3,5 % du prix des aliments. La hausse du prix des légumes variera entre 4 % et 6 %. Le prix de la viande devrait connaître une diminution de 1 % à 3 %, de même que les poissons et fruits de mer, dont les prix pourraient baisser jusqu’à 2 %.  

Régime de rentes du Québec  

À partir du 1er janvier 2019, une modification importante sera apportée au Régime de rentes du Québec. En plus de cotiser au régime actuel, les travailleurs qui gagnent plus de 3500 $ annuellement devront cotiser 0,3 % au régime supplémentaire, réparti à parts égales entre le cotisant et l’employeur. Pour les travailleurs, cette cotisation supplémentaire devrait se traduire par une augmentation de 81 $ par année. Le pourcentage du régime complémentaire sera augmenté graduellement et atteindra 1 % en 2023.  

Électricité  

Hydro-Québec souhaite instaurer à compter du 1er avril 2019 une hausse tarifaire de 0,8 %. La Régie de l’énergie fera connaître sa décision au plus tard en mars prochain. Pour un logement 5 ½, cette hausse se traduira par une augmentation de 0,23 $/mois ou de 1,60 $/mois pour une maison moyenne. La société d’État veut également introduire en décembre 2019 un mode de tarification dynamique pour les clients qui désirent y participer sur une base volontaire.