/regional/troisrivieres/mauricie

La démission du maire de Trois-Rivières coûtera cher

Louis Cloutier | TVA Nouvelles

Le maire démissionnaire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, touchera des allocations de départ pouvant atteindre et même dépasser les 250 000 $, selon des calculs effectués par l'ancien greffier de la Ville.  

• À lire aussi: Plusieurs candidats éventuels à la mairie en réflexion  

• À lire aussi: Le maire se retire pour des raisons de santé  

Gilles Poulin, devenu opposant politique du maire, établit approximativement à 123 000 $ l'allocation de départ de M. Lévesque et à 133 000 $ son allocation de transition.  

Le maire invoque des raisons de santé pour justifier son départ, un peu plus d’un an après sa réélection.  

Or, en vertu de nouvelles dispositions légales, il devra faire la preuve de sa situation médicale pour toucher les allocations.  

«La loi dit que la personne qui démissionne en cours de mandat pour des raisons de santé doit convaincre la Commission municipale du Québec, dans les 30 jours, de son état de santé déficient», a indiqué l'ex-greffier.  

La Ville confirme que rien ne sera automatique. «C'est le maire qui doit faire cette démarche-là. Il y a une analyse qui va être faite. La Ville ne versera aucun montant tant et aussi longtemps qu'il n'y aura pas de décision rendue par la Commission municipale», a expliqué Cynthia Simard, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières.  

Celle-ci indique également qu'aucun calcul concernant les montants auquel aurait droit le maire n'a été fait puisque sa démission n'est même pas encore effective.  

Depuis les modifications législatives, un élu n'a droit à aucune prime s'il quitte dans l'exercice de ses fonctions sans présenter une raison admissible.  

Le candidat à sa succession Jean-François Aubin convient que si le maire y a droit, il doit toucher son dû. Il estime par contre qu'il s'agit de montants généreux qui s'ajoutent à la rente provenant du régime de retraite des élus.  

«On parle d'une transition de 250 000 $. Ça me semble élevé. Je pense qu'il faudrait envisager d'établir un plafond», a fait valoir le candidat.  

Yves Lévesque a siégé comme élu municipal pendant 24 ans, dont 17 ans comme maire de Trois-Rivières. Une conseillère municipale croit qu'il faut rester prudent à ce stade-ci. «Il faudrait attendre d'avoir les vrais chiffres avant de commenter», a dit Maryse Bellemare.

Dans la même catégorie