/news/society

La saison de la grippe a atteint son pic

Hugo Duchaine | Journal de Montréal

SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC

Après avoir sévi pendant le temps des Fêtes, le pic de la saison de la grippe serait atteint et le pire presque derrière nous.

«Si nous ne sommes pas au pic, nous ne sommes pas loin», estime le Dr Guy Boivin, microbiologiste au Centre hospitalier de l’Université Laval, à Québec.

Selon les plus récentes données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la semaine se terminant le 29 décembre dénombre un peu plus de 1600 cas positifs pour le virus de l’influenza, soit près de trois fois plus qu’à la mi-décembre.

L’an dernier, les cas s’étaient multipliés vers la mi-janvier. Mais la saison de la grippe a été « précoce » cette année, remarque le Dr Boivin, prenant de l’ampleur entre Noël et le jour de l’An.

«Plus de gens qui se rassemblent, qui s’embrassent, ça fait plus de ravages. On n’aime jamais ça en milieu hospitalier quand le pic arrive dans la période des Fêtes, mais on n’a pas le contrôle », souligne-t-il.

Second pic

En plus de la grippe, l’INSPQ a compté 565 cas positifs pour le virus respiratoire syncytial, qui infecte les poumons et les voies respiratoires. Ses symptômes ressemblent à ceux de la grippe et il est beaucoup plus grave chez les bébés.

D’ailleurs, plusieurs hôpitaux débordent actuellement. En Montérégie et dans Lanaudière, des salles d’urgence avaient deux fois plus de patients que leur capacité, fonctionnant à plus de 200 % vendredi.

Par contre, le Dr Boivin met les Québécois en garde, rappelant qu’ils ne sont pas à l’abri d’une deuxième épidémie de grippe plus tard cet hiver.

«On voit ça souvent, ce n’est pas inhabituel », explique le médecin. Pour l’instant, le virus de grippe en circulation est celui de type A. Or, il n’est pas rare que la fin de l’hiver soit marquée par l’arrivée du virus de type B.

Deux virus

L’an dernier, les deux virus circulaient en même temps, cependant. En ce moment, le virus de la grippe qui fait rage est de sous-type H1N1.

S’il épargne davantage les aînés que celui de sous-type H3N2, il peut être grave chez les enfants.

Les spécialistes ignorent pourquoi un virus peut être plus présent qu’un autre d’une année à l’autre. Guy Boivin souligne aussi que de nouveaux virus pourraient apparaître, puisqu’ils sont de plus en plus observés en Asie.

Il est encore trop tôt pour juger de l’efficacité du vaccin cette année, dit-il, mais les premiers tests menés en laboratoire semblent indiquer une efficacité à environ 60 %.

La grippe fait déborder les urgences

1605 cas positifs pour le virus de l’influenza A

18 cas positifs pour le virus de l’influenza B

565 cas positifs pour le virus respiratoire syncytial

 

Hôpital du Suroît à Valleyfield | 227 %

Hôpital général juif à Montréal | 225 %

Hôpital Honoré-Mercier à Saint-Hyacinthe | 223 %

Centre hospitalier régional de Lanaudière | 209 %

Hôpital Pierre-Le Gardeur à Terrebonne | 206 %

Dans la même catégorie